Mondialisation libérale

SDF : Belgique, terre d’asile (2)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Droit de réponse du créateur de Flodor


France Inter a diffusé le 17 et 18 septembre 2007, dans le cadre de l’émission "Là-bas si j’y suis" un reportage intitulé "SDF : Belgique, Terre d’asile"
Au nombre des personnes interviewées figurait un dénommé François Latour, qui se déclarait missionné par son beau-père, qu’il désignait comme le patron et le créateur de Flodor (les Blondes à croquer), lequel, ayant vendu la société au Groupe Unichips, et réalisé de gros investissements immobiliers et en actions, cherchait à s’établir en Belgique pour échapper à l’impôt.
1) Il nous est demandé de préciser que :
- François Latour n’est pas le gendre du fondateur de Flodor. Les déclarations qu’il a faites concernant son prétendu beau-père relèvent de la fiction.
- Le fondateur de Flodor n’est pas candidat à l’expatriation. Sa mise en cause dans le cadre de l’émission consacrée aux exilés fiscaux procède par conséquent d’une erreur.
- Contrairement à ce qu’a déclaré François Latour à l’antenne, le fondateur de Flodor n’est pas et n’a jamais été Président d’honneur, ni l’actionnaire de la société Unichips San Carlo, propriétaire de Flodor depuis 1990. Il est tout à fait étranger à la gestion de Flodor par Unichips depuis cette date.
- France Inter et www.la-bas.org regrettent le tort que les déclarations sus mentionnées ont pu causer à l’intéressé.
2) De retirer des enregistrements des émissions des 17 et 18 septembre 2007 qui sont diffusés sur le site "Là-bas.org", les passages me mettant directement ou indirectement en cause.

pour cette émission

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

  • Le repaire itinérant de Dordogne organise ce 30 juin une grand opération drapeaux blancs. "Drapeaux blancs, partout, pour tout. Un drapeau blanc, des drapeaux blancs, par milliers, partout dans nos bourgades, dans les villes, aux balcons, devant nos écoles, nos hôpitaux, nos gares, nos mairies, nos (...)

  • Le climat et ses dérèglements, une histoire naturelle et humaine. Refaisons la part des choses avec Claire Henrion, animatrice, astronomie, chercheur indépendant et fondatrice de l’Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et (...)

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)