Mondialisation libérale

SDF : Belgique, terre d’asile (2)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Droit de réponse du créateur de Flodor


France Inter a diffusé le 17 et 18 septembre 2007, dans le cadre de l’émission "Là-bas si j’y suis" un reportage intitulé "SDF : Belgique, Terre d’asile"
Au nombre des personnes interviewées figurait un dénommé François Latour, qui se déclarait missionné par son beau-père, qu’il désignait comme le patron et le créateur de Flodor (les Blondes à croquer), lequel, ayant vendu la société au Groupe Unichips, et réalisé de gros investissements immobiliers et en actions, cherchait à s’établir en Belgique pour échapper à l’impôt.
1) Il nous est demandé de préciser que :
- François Latour n’est pas le gendre du fondateur de Flodor. Les déclarations qu’il a faites concernant son prétendu beau-père relèvent de la fiction.
- Le fondateur de Flodor n’est pas candidat à l’expatriation. Sa mise en cause dans le cadre de l’émission consacrée aux exilés fiscaux procède par conséquent d’une erreur.
- Contrairement à ce qu’a déclaré François Latour à l’antenne, le fondateur de Flodor n’est pas et n’a jamais été Président d’honneur, ni l’actionnaire de la société Unichips San Carlo, propriétaire de Flodor depuis 1990. Il est tout à fait étranger à la gestion de Flodor par Unichips depuis cette date.
- France Inter et www.la-bas.org regrettent le tort que les déclarations sus mentionnées ont pu causer à l’intéressé.
2) De retirer des enregistrements des émissions des 17 et 18 septembre 2007 qui sont diffusés sur le site "Là-bas.org", les passages me mettant directement ou indirectement en cause.

pour cette émission

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.