Mondialisation libérale

SDF : Belgique, terre d’asile (2)

Le

Droit de réponse du créateur de Flodor


France Inter a diffusé le 17 et 18 septembre 2007, dans le cadre de l’émission "Là-bas si j’y suis" un reportage intitulé "SDF : Belgique, Terre d’asile"
Au nombre des personnes interviewées figurait un dénommé François Latour, qui se déclarait missionné par son beau-père, qu’il désignait comme le patron et le créateur de Flodor (les Blondes à croquer), lequel, ayant vendu la société au Groupe Unichips, et réalisé de gros investissements immobiliers et en actions, cherchait à s’établir en Belgique pour échapper à l’impôt.
1) Il nous est demandé de préciser que :
- François Latour n’est pas le gendre du fondateur de Flodor. Les déclarations qu’il a faites concernant son prétendu beau-père relèvent de la fiction.
- Le fondateur de Flodor n’est pas candidat à l’expatriation. Sa mise en cause dans le cadre de l’émission consacrée aux exilés fiscaux procède par conséquent d’une erreur.
- Contrairement à ce qu’a déclaré François Latour à l’antenne, le fondateur de Flodor n’est pas et n’a jamais été Président d’honneur, ni l’actionnaire de la société Unichips San Carlo, propriétaire de Flodor depuis 1990. Il est tout à fait étranger à la gestion de Flodor par Unichips depuis cette date.
- France Inter et www.la-bas.org regrettent le tort que les déclarations sus mentionnées ont pu causer à l’intéressé.
2) De retirer des enregistrements des émissions des 17 et 18 septembre 2007 qui sont diffusés sur le site "Là-bas.org", les passages me mettant directement ou indirectement en cause.

pour cette émission

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Comme le Repaire de Neuvy a lieu habituellement au "Goût des Autres", et comme ce restaurant-culturel délocalisera exceptionnellement au salon du bien-être, le prochain Repaire se tiendra donc au salon du bien-être au Parc Expo de Moulins sur l’espace restauration/bar du "Goût des Autres" vendredi (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

  • Centenaire de la Première Guerre mondiale oblige, nous allons parler des soldats fusillés pour l’exemple qui n’ont toujours pas été réhabilités. Pour décourager les actes de désobéissance des soldats qui se multipliaient, sur demande de l’État-major français, 639 soldats ont été fusillés entre 1914 et (...)

    Metz
    Avenue Robert Schuman

  • La venue du compteur Linky, en ce moment même, à Saint-Dié ne passe pas inaperçue. Elle est accompagnée par un collectif... Stop Linky 88. Qui sera l’invité de notre Repaire de novembre ! Venez débattre et vous informer autour des alternatives à l’installation de cet équipement prétendument (...)

    Saint-Dié-des-Vosges
    3 quai du Maréchal Leclerc

  • La question est posée à La Rochelle, à propos de la mise en place d’un nouveau PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) Dans quelles conditions ce PLUI a-t-il été établi ? Quelle a été la réelle participation des citoyens ? Un débat vous est proposé sur le sujet à partir de la présentation d’une (...)

Dernières publis

Une sélection :

La guerre des idées. Transcription de l’entretien d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO La violence que prépare Macron Lire

Le

" Il faut absolument se redonner les armes pour repenser ce qui nous a menés jusqu’ici " Vous avez été passionnés par l’entretien vidéo d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO, 28 ans, nouvelle figure de la gauche intello. L’été est propice pour ralentir et approfondir, voici la transcription de cet entretien particulièrement stimulant pour préparer une rentrée qui pourrait surprendre

"La guerre des idées" du 18 juillet 2017 « Macron ou la tentation autoritaire ». Un entretien d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO, l’avocat français du fondateur de Wikileaks, Julian Assange. A lire et à relire à tête reposée.

« Fainéants, cyniques, extrêmes » : Macron provoque à la castagne DIX PORTRAITS DE LA FRANCE QUI NE BAISSE PAS LES BRAS AbonnésÉcouter

Le

Macron, ils n’en veulent pas, ni Macron ni son monde, mais qui sont-ils, que veulent-ils ? Âge, sensibilité, parcours, ils sont différents mais ils seront tous dans les prochaines manifs, l’un « pour que ça pète », une autre « pour pas être seule à être contre ». Lucas, Marie, Lionel, Kamel… Attention écoutez-bien, toute ressemblance avec vous ne serait pas fortuite, avec vous ou avec quelqu’un près de vous dans la manif.

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Un reportage de Dillah Teibi Un petit patron contre la loi Travail AbonnésÉcouter

Le

En France, plus de trois millions de petits patrons. Beaucoup ne roulent pas sur l’or, bossent beaucoup et galèrent pas mal. Rien à voir avec les grands requins du CAC 40 et les dirigeants du Medef qui pourtant parlent en leur nom. Écoutez Jean-Marie VIEILLE, un patron à fond contre Macron. Est-ce que la gauche n’a pas des amis à se faire côté petits patrons ?