En Chine

La Chine : un éléphant qui fait du vélo (7). Le sang de la Chine

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Suite des carnets de route de Daniel Mermet et de Giv Anquetil.
Au début des années 90, on pouvait entendre dans la province du Henan, un slogan formidable : "donner son sang est glorieux". Pour beaucoup de ceux qui ont donné leur sang, il s’agissait de survivre, car la région est d’une extrêmeme pauvreté.
Une centaine de milliers de paysans ont vendu leur sang et les conditions sanitaires étant très déféctueuses, cela a crée une gigantesque contamination par le VIH.
Il a fallu des années de combat difficile pour que la contamination soit reconnue et que le commerce du sang s’arrête en 1996.
Il y a tout juste quelques semaines, la province du Henan a reconnu 35 232 infections. Mais, selon une estimation scientifique, il s’agirait de 300 000 personnes infectées, et souvent les associations parlent de près d’un million de personnes contaminées de la façon la plus cynique qui soit. Car ce n’est ni un accident, ni une erreur, mais bel et bien un effet des politiques menées dans ce pays depuis déjà pas mal de temps.
Cette histoire a fait le tour du monde, mais, en arrivant dans la région, nous avons appris que cette monstruosité continuait dans d’autres provinces...

Sur le net :


 Le site du Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris

Programmation musicale :


 Bo du film "The Pillow Book" : Rose Rose I Love You

Livres :


 Pierre Haski "Le sang de la Chine", aux éditions Grasset
 Pierre Haski "5 ans en Chine", aux éditions Les Arènes
 Yan Lianke "Le rêve du village des Ding", aux éditions Philippe Picquier
 "Le dictionnaire de la Chine contemporaine", sous la direction de Thierry Sanjuan, aux éditions Armand Colin

28 mars 2007 : La Chine : un éléphant qui fait du vélo (7). Le sang de la Chine

pour cette émission

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Je vous rends ma médaille », un reportage de Sylvie COMA Mort étrange d’un insoumis (1/2) AbonnésÉcouter

Le

Ébéniste, anar, musicien, Michel FERCHAUD était un ami de Là-bas. Il était de la génération des appelés en Algérie, il en était marqué à vie comme beaucoup de ceux qui n’ont jamais parlé. Lui en avait fait une chanson superbe, « JE VOUS RENDS MA MÉDAILLE ». C’était son histoire, c’était sa vie, une vie de travers, réfractaire et cabossée qu’il avait fini par raconter dans un livre. Il n’a pas eu le temps d’aller plus loin, il est mort à la fin février, dans des conditions bizarres, il avait 78 ans. L’enquête est en cours, mais nous avons voulu en savoir plus, sur lui, sur son monde, sur son parcours. Voici la première partie de ce reportage en forme d’hommage à un insoumis modeste et génial.

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.