Sibérie

Sibérie : la baraque la plus gaie du camp

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Nouvelle diffusion du reportage de Daniel Mermet et Aude Merlin, en Sibérie.
Le Goulag (du russe Главное Управление Лагерей, Direction Principale des Camps de travail) était l’organisme gérant les camps de travail forcé en Union Soviétique. Il était l’extension hypertrophique des camps de travail forcé de Sibérie qui faisaient partie du système pénal de la Russie tsariste. Aux temps des Tsars, la Sibérie était déjà une terre de déportation. On y expédiait les cosaques récalcitrants et les opposants politiques.
Dans le Grand Nord sibérien, à Vorkuta, ville minière, le charbon, nécessaire à l’industrie nationale, a fait de cette région une partie du Goulag de triste mémoire ; les premières mines de charbon lancées là coûtèrent des milliers de vies humaines.
Youri, 83 ans, a été envoyé dans le camp de Vorkuta pour dix ans. Il revenait d’Allemagne à la fin de la Seconde Guerre Mondiale où il avait été fait prisonnier. Mais Staline considérait les prisonniers de guerre comme traîtres à la patrie ou déserteurs, et les envoya au Goulag.
Extrait des Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov, 1978.
"Il ne faut pas avoir honte de se souvenir qu’on a été un « crevard », un squelette, qu’on a couru dans tous les sens et qu’on a fouillé dans les fosses à ordures [...]. Les prisonniers étaient des ennemis imaginaires et inventés avec lesquels le gouvernement réglait ses comptes comme avec de véritables ennemis qu’il fusillait, tuait et faisait mourir de faim".
Fils d’immigrés russes né en Belgique, Victor Serge fut militant anarchiste, éditeur puis acteur de la révolution russe.
Membre du Parti Communiste russe, puis collaborateur de Zinoviev à l’Exécutif de l’Internationale Communiste (IIIe Internationale, ou Komintern), farouche opposant de Staline, Victor Serge est radié du parti en 1928 et se fait emprisonner par la Guépéou en 1933, et déporter en Sibérie.

18 décembre 2006 - Victor Serge

Playlist de l’émission non encore disponible

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.