On attend vos messages au 01 85 08 37 37

Le répondeur, semaine du 15 mai

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Jeudi 18 mai :

Le répondeur du jeudi 18 mai

Mercredi 17 mai :

Le répondeur du mercredi 17 mai

Mardi 16 mai :

Le répondeur du mardi 16 mai

Lundi 15 mai :

Le répondeur du lundi 15 mai

Jeudi 18 mai, 10h46

Salut Daniel,

Petite réflexion : peut-on voter Jean-Luc Mélenchon à deux reprises, 2012 et 2017, et être ministre de l’écologie dans le gouvernement d’Édouard Philippe sous l’actuel président Emmanuel Macron ? Peut-on voter Mélenchon et être ministre de l’écologie ?

Eh ben... On se demande s’il y a des personnes qui jouent pas leur dernière carte... Surtout qu’entre les deux tours, [Nicolas Hulot] avait dit lors un débat télévisé sur France 2 : « Rien ne va changer. Rien ne va changer, c’est toujours la même direction, le débat sur l’écologie est absent. » C’était une soirée où il y avait l’avocat Dupond-Moretti, Natacha Polony etc. Et il avait dit « rien ne va changer ». Voilà. 15 jours après, il accepte. 15 jours après, il accepte

Là-dessus, deux réflexions qu’on peut se poser. Est-ce qu’Emmanuel Macron ne se sert pas de Nicolas Hulot pour avoir un soutien populaire afin d’avoir une majorité à l’Assemblée Nationale ? Peut-être. Donc lui et Laura Flessel ; mais encore Laura Flessel, la championne olympique, elle est connue mais pas trop, on va dire ça comme ça. Mais Hulot est très connu, donc est-ce qu’il se sert de Hulot pour avoir un soutien populaire ? Peut-être.
Mais, par hasard, est-ce que Nicolas Hulot a accepté en échange du retrait du projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes ? Et dans ce cas là, pour quelqu’un qui se dit sans étiquette, est-ce qu’il a eu raison d’y aller ? Si réellement il y a le retrait du projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes, est-ce qu’il a eu raison d’y aller ? Soit il a eu raison d’y aller et en échange il a eu le retrait de Notre-Dame-des-Landes, soit Macron s’est servi de lui pour avoir la majorité a l’Assemblée Nationale.

Quand on voit les intérêts que défend Emmanuel Macron, ben à mon avis, ça va contre les intérêts de ceux qui veulent le projet de Notre-Dame-des-Landes. Parce que là-bas dedans, y’a du pognon ! Et je vois mal Emmanuel Macron retirer ce projet. Parce qu’il va aller contre ceux qui l’ont élu et ils vont lui dire
« Mais qu’est-ce que tu nous trafiques là ? » Donc à mon avis il se sert peut-être de Nicolas Hulot afin d’avoir une majorité a l’Assemblée Nationale.
Ou peut-être que, on va aller encore plus loin, Nicolas Hulot sert de vitrine et puis il fera du bricolage. Mais bon, peut-on voter Mélenchon en 2012 et 2017 et aller dans le gouvernement Macron ? Franchement c’est costaud... Enfin bref, chacun sa petite réflexion là-dessus.

Allez bonne fin de journée, ciao !

Kamel


Mardi 16 mai, 13h10

Bonjour à tous,

Je suis intéressé par le mot « agile ». C’est un mot que j’avais entendu pour la première fois dans la bouche du formidable Pierre Gattaz, « agile » qui devait remplacer je pense « flexible ».
Ce mot est arrivé comme ça, depuis deux ans, dans la bouche des membres du patronat, de la droite et il y a une semaine ou il y a quelques jours dans la bouche de notre Président, qui l’a employé.
Quelqu’un saurait-il où, quand, comment ce mot est arrivé pour la première fois ? Alors il me semble que c’est un mot inventé, médiatisé pour toujours recadrer l’insécurité professionnelle en termes positifs ; même si pour moi, bon voilà, passer, pour parler des travailleurs, de « pâte à modeler flexible » à « primate agile », c’est pas tout à fait formidable. Donc ça serait intéressant de voir d’où vient ce mot...

Merci à tous, au revoir.


Samedi 13 mai, 13h05

Bonjour à tous,

Depuis quelques temps, ça a commencé entre les deux tours, je suis en train de vivre une expérience spirituelle très particulière... Une forme de décorporation. Je ne sais pas si vous savez, c’est cette sensation de l’esprit qui se dissocie du corps physique pour vivre une vie autonome.

Eh bien, depuis les résultats des présidentielles, cette sensation elle s’est renforcée. Quand je regarde les émissions politiques, quand j’écoute les commentaires des bienveillants, des bien-pensants, ben on dirait qu je regarde un film, que ça me concerne plus, que je ne suis plus de ce monde. C’est vraiment bizarre...

Bye !


Mercredi 10 mai, 9h47

Salut Daniel,

Avec la France insoumise à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône, on organise la mardi 16 mai à la Maison du peuple la projection du film Une Histoire populaire américaine, livre de Howard ZINN et film de Daniel MERMET et Olivier AZAM. C’est le mardi 16 mai à 19h30 à la Maison du peuple à Gardanne, suivi d’un débat et d’un apéritif. Tout le monde est bienvenu, c’est gratuit.
Soirée d’éducation populaire pour se poser les questions de la politique internationale actuellement et se remémorer l’histoire du mois de mai, du 1er mai et tout ce qu’il y a dans ce film magnifique (je trouve moi, personnellement).

Donc Mardi 16 mai à 19 h30 à la Maison du peuple, c’est la France insoumise qui organise cette projection. Tout le monde est bienvenu, voilà tout !

Bonne fin de journée, salut.

Kamel

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.