13 Mars 2010, Jean FERRAT repliait sa moustache

Au printemps de quoi rêvais-tu ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

En 1963, la Radiodiffusion-télévision française interdisait Nuit et Brouillard, de Jean FERRAT. Cette année, 55 ans plus tard, lors de l’hommage à Simone VEIL au Panthéon, un chœur chantait Nuit et Brouillard avec les gestes de la langue des signes :

« Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux. » Mais comment se relever ? FERRAT donne du cœur pour trouver la réponse. Il a replié sa moustache, il y a juste neuf ans, un 13 mars. Un jour idéal pour le (ré)écouter toute la journée. Commencez par celles qu’on connaît par cœur (Nous dormirons ensemble, Les Cerisiers, Au printemps de quoi rêvais-tu ?, Camarade…), mais aussi d’autres beaucoup moins connues, comme À la une de 1991 :

Et, vous pouvez aussi (ré)écouter notre émission du 15 mars 2010, la plus écoutée de l’histoire de Là-bas !

[RADIO] Ah qu’il vienne au moins le temps des cerises [15 mars 2010]

ET SANS OUBLIER DE REPRENDRE A TUE TETE :

« Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont Monsieur Thiers a dit : "qu’on la fusille"
Ma France… »

Exactement le contraire du petit monde de Macron dans son petit costume !

Daniel Mermet

Programmation musicale :
- Jean Ferrat : Camarade
- Jean Ferrat : Ma môme
- Jean Ferrat : Nuit et brouillard
- Jean Ferrat : Que serais-je sans toi
- Jean Ferrat : Pauvres petits c…
- Jean Ferrat : Les jeunes imbéciles
- Jean Ferrat : Le bilan
- Jean Ferrat : 17 ans
- Jean Ferrat : Un air de liberté
- Jean Ferrat : La porte à droite
- Jean Ferrat : Les cerisiers

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.