13 Mars 2010, Jean FERRAT repliait sa moustache

Au printemps de quoi rêvais-tu ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

En 1963, la Radiodiffusion-télévision française interdisait Nuit et Brouillard, de Jean FERRAT. Cette année, 55 ans plus tard, lors de l’hommage à Simone VEIL au Panthéon, un chœur chantait Nuit et Brouillard avec les gestes de la langue des signes :

« Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux. » Mais comment se relever ? FERRAT donne du cœur pour trouver la réponse. Il a replié sa moustache, il y a juste neuf ans, un 13 mars. Un jour idéal pour le (ré)écouter toute la journée. Commencez par celles qu’on connaît par cœur (Nous dormirons ensemble, Les Cerisiers, Au printemps de quoi rêvais-tu ?, Camarade…), mais aussi d’autres beaucoup moins connues, comme À la une de 1991 :

Et, vous pouvez aussi (ré)écouter notre émission du 15 mars 2010, la plus écoutée de l’histoire de Là-bas !

[RADIO] Hommage à Jean Ferrat [15 mars 2010]

ET SANS OUBLIER DE REPRENDRE A TUE TETE :

« Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont Monsieur Thiers a dit : "qu’on la fusille"
Ma France… »

Exactement le contraire du petit monde de Macron dans son petit costume !

Daniel Mermet

Programmation musicale :
- Jean Ferrat : Camarade
- Jean Ferrat : Ma môme
- Jean Ferrat : Nuit et brouillard
- Jean Ferrat : Que serais-je sans toi
- Jean Ferrat : Pauvres petits c…
- Jean Ferrat : Les jeunes imbéciles
- Jean Ferrat : Le bilan
- Jean Ferrat : 17 ans
- Jean Ferrat : Un air de liberté
- Jean Ferrat : La porte à droite
- Jean Ferrat : Les cerisiers

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »