Selon Forbes, les plus grosses fortunes mondiales ont augmenté de 18 % en 2017

Une politique au service des plus riches ? François Lenglet nous l’avait bien dit

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Pendant les fêtes, Là-bas vous résume cette année historique ! 2018, ce n’était qu’un début… Aujourd’hui, l’inénarrable François Lenglet le savait bien, il nous l’avait dit : comment les riches se sont enrichis sur notre dos, en une minute trente.
Grosses fortunes, il n'y a pas que les cheminots : François Lenglet vend la mèche
par Là-bas si j'y suis

C’est pas Lordon, c’est pas Attac, c’est pas Là-bas qui vous le dit, c’est un grand évangéliste du néo-libéralisme, une de nos têtes de turc préférées, François LENGLET : oui, voilà que soudain, notre François balance ! En moins d’une minute trente, il explique le pourquoi du comment de ces fabuleuses fortunes et de ces inégalités qui ne cessent de se creuser partout [1].

Ce que nous nous échinons à faire comprendre depuis des années, François LENGLET l’explique soudain de façon très concise. Pourquoi ces gavés en sont arrivés là ? Parce que la crise leur a profité grâce aux États qui ont renfloué, « parce qu’ils sont juste devant le robinet, donc ils tendent leur gobelet, alors que nous – j’allais dire les citoyens ordinaires – on récolte quelques petites gouttes, lorsqu’elles finissent par déborder du gobelet. »

Étonnant, non ? Voilà un chien de garde soudain touché par la grâce. Bon, les connaisseurs vous diront qu’il n’est pas rare que François dise un peu n’importe quoi, une chose et son contraire, selon le client. Et là on peut se dire que les larbins du système pourraient en servir un autre, un système encore pire c’est vrai mais peut-être aussi un monde meilleur. Non ? Je rêve ? Après tout on a vu des collabos se transformer en résistant. En tout cas, merci François pour cette perle d’une minute trente.

La théorie du ruissellement expliquée en deux dessins :


C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Avec Gérard Filoche Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! AbonnésÉcouter

Le

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.