Samedi 25 février à 10 heures : manif pour l’accueil des migrants à Saint-Brevin-les-Pins

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Deux manifestations avaient déjà été organisées à Saint-Brevin-les-Pins le 15 octobre 2022 (photo : Le Courrier du pays de Retz)

Après Callac, l’extrême droite s’en prend violemment à un centre d’accueil pour migrants à Saint-Brevin-les-Pins.

Si Zemmour a fait un bide rassurant à la présidentielle, les paranoïaques du « grand remplacement » n’en démordent pas localement. Sous leurs menaces de mort, le projet de Callac a été abandonné, et forts de ce qu’ils considèrent comme leur victoire, ils s’attaquent maintenant à la création d’un CADA (centre d’accueil pour demandeurs d’asile) à Saint-Brevin-les-Pins. Pas vraiment une création puisque cette ville balnéaire accueille sans problème des migrants depuis 2016. Il s’agit d’un nouveau lieu de 60 logements, prévu par l’État et la municipalité dans un quartier de cette ville balnéaire.

Depuis des années, la répartition des exilés dans les petites villes ne posent pas de problème. À Uzerche, Sissonne, Notre-Dame-de-l’Osier, Luzy, Pessat-Villeneuve, tout se passe bien, même s’il a fallu affronter des réticences, les maires ont tous été réélus. Mais l’extrême droite entend s’implanter dans la France rurale et délaissée comme dans les petites villes. L’accueil des migrants est un sujet de choix pour Reconquête ! et la fachosphère qui brandit des risques de viols de femmes et de meurtres d’enfant. Même le RN se pince le nez mais sans dire autre chose.

Deux manifs sont prévues ce samedi 25 février à Saint-Brevin-les-Pins. À 10 heures, à l’appel du mouvement pour l’accueil des demandeurs d’asile, et à 15 heures pour les opposants au projet à l’appel de Reconquête !.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !