Répression contre les grévistes de la RATP, François tente de se suicider

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Tragédie sur le piquet de grève : ce lundi 27 janvier au matin, François, agent de maintenance sur le dépôt RATP de Vitry, qui reprenait le travail aujourd’hui après 52 jours de grève, a tenté de mettre fin à ses jours.

Selon des collègues à qui il s’est confié, les raisons de son geste ne font pas de doute : il s’agit de la politique répressive de la direction du dépôt envers les grévistes. En effet, François, pilier des grèves depuis le 5 décembre, fait partie des agents menacés de sanction disciplinaire par la RATP. En cause : une vidéo tournée le 10 décembre sur laquelle on voyait un agent non gréviste sortir son bus du dépôt et subir les collibets des collègues grévistes qui, selon la direction de la RATP, auraient entonné "une chanson à caractère homophobe".

Cet après-midi en protestation, les collègues de François, accompagnés d’élus, ont envahi les bureaux du dépôt de Vitry pour interpeller son directeur. Voici la prise de parole du maire d’Ivry, Philippe Bouyssou :

Présente également, la députée France Insoumise du Val-de-Marne Mathilde Panot interpelle le directeur du dépôt de Vitry qui applique les sanctions disciplinaires contre les grévistes : « Vous n’êtes pas obligé d’être les serviteurs zélés des ordres qu’on vous donne d’en haut (...) C’est irresponsable de faire ça, vous comprenez que c’est irresponsable ? »

Enfin, au cours de l’action, la caméra de notre reporter Taha Bouhafs saisit cette scène qui en dit long sur les rapports entre direction et salariés sur le site RATP de Vitry. Un machiniste s’adressant au directeur : « Monsieur le directeur, la semaine dernière vous vous en êtes pris à des jeunes collègues femmes grévistes. Vous leur avez dit de "dégager de là". Ensuite on est venus vous voir, vous vous êtes excusé et vous m’avez dit : "Ce n’est pas le directeur qui a parlé, mais l’homme" »

Nous vous donnerons des nouvelles de François aussi tôt que nous en avons, mais a priori ses jours ne sont plus en danger.


Mise à jour 27 janvier, 16h15 : Nous avons des nouvelles de François via son collègue et délégué syndical CGT Alexandre : "Il s’est tailladé l’avant-bras (...) mais son pronostic vital n’est pas engagé, c’est rassurant." Alexandre nous rappelle le contexte dans lequel est intervenu ce geste de François, qui reprenait aujourd’hui le travail après 52 jours de grève : "Ca ne peut pas être ça, l’issue d’un mouvement comme celui-là."

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café repaire de Liffré portera sur le thème des Ehpads. Témoignage des personnels, différences entre l’associatif, le public et le privé, et alternatives en France ou à l’International ! Nous vous attendons mercredi 22 octobre dès 18h30 à l’Entre-Temps, 12 avenue François Mitterrand, 35340 (...)

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]

Aude Lancelin reçoit Juan Branco Macron ou la tentation autoritaire AbonnésVoir

Le

Juan Branco est l’avocat français de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Régulièrement, ils se rencontrent à Londres, dans l’ambassade d’Équateur, où Assange vit toujours reclus. Juan Branco porte un regard informé sur les périls que font peser sur nos libertés la raison d’État, autant que les nouvelles oligarchies intimement liées au pouvoir politique.

Saluons le courage de nos policiers qui se battent héroïquement ! FARIDA, INFIRMIÈRE CRIMINELLE, 1m55… Accès libreVoir

Le

Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue. On salue le courage de la police de Macron contre une femme d’1m55, jetée à terre, asthmatique et qui réclame sa Ventoline. Farida a reconnu avoir jeté deux cailloux sur les flics.

La République En Marche renonce à supprimer l’expression « Sécurité Sociale » dans la Constitution Ambroise Croizat nous avait prévenus : « le patronat ne désarme jamais » Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur Ambroise Croizat fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise Croizat ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.