Répression contre les grévistes de la RATP, François tente de se suicider

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Tragédie sur le piquet de grève : ce lundi 27 janvier au matin, François, agent de maintenance sur le dépôt RATP de Vitry, qui reprenait le travail aujourd’hui après 52 jours de grève, a tenté de mettre fin à ses jours.

Selon des collègues à qui il s’est confié, les raisons de son geste ne font pas de doute : il s’agit de la politique répressive de la direction du dépôt envers les grévistes. En effet, François, pilier des grèves depuis le 5 décembre, fait partie des agents menacés de sanction disciplinaire par la RATP. En cause : une vidéo tournée le 10 décembre sur laquelle on voyait un agent non gréviste sortir son bus du dépôt et subir les collibets des collègues grévistes qui, selon la direction de la RATP, auraient entonné "une chanson à caractère homophobe".

Cet après-midi en protestation, les collègues de François, accompagnés d’élus, ont envahi les bureaux du dépôt de Vitry pour interpeller son directeur. Voici la prise de parole du maire d’Ivry, Philippe Bouyssou :

Présente également, la députée France Insoumise du Val-de-Marne Mathilde Panot interpelle le directeur du dépôt de Vitry qui applique les sanctions disciplinaires contre les grévistes : « Vous n’êtes pas obligé d’être les serviteurs zélés des ordres qu’on vous donne d’en haut (...) C’est irresponsable de faire ça, vous comprenez que c’est irresponsable ? »

Enfin, au cours de l’action, la caméra de notre reporter Taha Bouhafs saisit cette scène qui en dit long sur les rapports entre direction et salariés sur le site RATP de Vitry. Un machiniste s’adressant au directeur : « Monsieur le directeur, la semaine dernière vous vous en êtes pris à des jeunes collègues femmes grévistes. Vous leur avez dit de "dégager de là". Ensuite on est venus vous voir, vous vous êtes excusé et vous m’avez dit : "Ce n’est pas le directeur qui a parlé, mais l’homme" »

Nous vous donnerons des nouvelles de François aussi tôt que nous en avons, mais a priori ses jours ne sont plus en danger.


Mise à jour 27 janvier, 16h15 : Nous avons des nouvelles de François via son collègue et délégué syndical CGT Alexandre : "Il s’est tailladé l’avant-bras (...) mais son pronostic vital n’est pas engagé, c’est rassurant." Alexandre nous rappelle le contexte dans lequel est intervenu ce geste de François, qui reprenait aujourd’hui le travail après 52 jours de grève : "Ca ne peut pas être ça, l’issue d’un mouvement comme celui-là."

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »