Un message de nos amis Les Mutins de Pangée

Jeannot, de la Cigale, s’est fait la malle

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Jeannot s’est fait la malle.

Jeannot le Suisse,

Jeannot la Brocante,

Jeannot le Fugitif,

Le renard argenté s’est barré, par surprise,

Ce mardi 3 avril, autour de minuit.

« Diabolique », comme il aurait dit.

La cigale est en pleurs,

Le drapeau rouge est en berne.

Ses amis et camarades de La Cigale et du village, où il était une figure incontournable, lui rendront un dernier hommage le MARDI 10 AVRIL à 11h à la cathédrale de Saint-Pons-de-Thomières (pour les modalités, voir en bas).

Jeannot était une vedette de notre film La cigale, le corbeau et les poulets. À l’occasion des tournées, beaucoup d’entre vous avaient eu l’occasion d’apprécier son humour et son sens du spectacle. Il faisait plier de rire des salles entières et pleurer parfois aussi quand il parlait des effets douloureux de l’affaire du corbeau. Certains d’entre vous ont eu l’occasion de le connaître un peu plus longtemps, de percevoir sa sensibilité profonde, son sens de l’autodérision exemplaire, sa vision du monde souvent très perspicace.

Jeannot, nous l’avions rencontré en 2009 lors de l’affaire du corbeau de l’Hérault et nous étions devenus bons copains. Nous ne nous sommes plus lâchés. Tous les ans à la Fête de l’Huma, Jeannot était là avec nous à rigoler et à observer l’humanité. Il fut un formidable compagnon de voyage sur le chemin de nos tournées de débats.

Depuis la tournée en salles de La cigale, le corbeau et les poulets, nous tournions secrètement un nouveau film sur sa vie rocambolesque. Il y jouait son propre rôle avec talent et un goût pour la comédie chaque jour grandissant. Au fil du temps, nous avons découvert peu à peu l’incroyable aventure qui lui avait fait gagner tous ses surnoms et le secret de ses longs cheveux.

Jeannot était un révolté au grand cœur, il aimait les gens et rendait beaucoup de services dans le village, du repère de subversion de La Cigale à la cathédrale dont il gérait la fermeture et les cloches pour rendre service.

Jeannot aimait jouer, jouer la comédie, jouer aux cartes, au tiercé… jouer à tout propos, il a joué jusqu’au bout.

Il ne fermera plus les portes de la cathédrale au chœur inversé.

La Fête de l’Huma ne sera plus jamais comme avant.

Nous n’oublierons jamais notre ami.

Il s’appelait Jean Oréglia.

Olivier Azam, Laure Guillot
Les Mutins de Pangée
La cigale, le corbeau et les poulets (B.A.)
par lesmutins.org

Olivier, Laure, Pierre et tous les mutins et toutes les cigales,

On est avec vous, avec vous tous, avec Jeannot,

Tâchez de vous tenir correctement dans la cathédrale
Et surtout buvez un coup ensuite à la Cigale,
À Jeannot, à vous tous, à nous tous,

Jamais plus nous ne dirons « Fête de l’Huma », mais « Fête à Jeannot », c’est juré,
Et on apprendra à tous ceux qui viennent là, qu’ils viennent à la Fête à Jeannot
Et on leur expliquera pourquoi

On expliquera pourquoi il avait, avec le temps, une certaine tendance à s’arrondir

En vérité il voulait devenir une boule et plus précisément une bulle

Une de ces bulles d’oxygène sans lesquelles on crèverait dans nos aquariums
Chacun est indispensable mais les bulles d’oxygène encore plus

Mais attention, je ne voudrais pas me faire mal comprendre,
Qu’il ait rendu le monde plus habitable, plus digne, plus fraternel, plus sensible et plus incongru,
Et que l’eau de l’aquarium soit plus pure
Ça ne veut pas dire qu’il faut la boire
Ça reste de l’eau
Je vous fais confiance pour ne pas en mettre dans le vin, dans les verres que vous lèverez à sa mémoire
Et que nous levons avec vous tous,
À la mémoire de Jeannot
Pour toujours notre ami

Daniel Mermet et l’équipe de Là-bas si j’y suis
9 avril 2018
photo : Kévin Accart

À (RÉ)ÉCOUTER

- le reportage de François Ruffin qui a inspiré le film, dans notre émission du 16 septembre 2009

- notre émission en direct depuis la Fête de l’Huma 2016, avec l’équipe du film, le réalisateur Olivier Azam et deux des acteurs de cette histoire, Pierre Blondeau et Maax :

#LHumaSiJYSuis2016 : La Cigale, le corbeau et les poulets
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jérôme Chelius, Franck Haderer et Sylvain Richard
préparation : Jonathan Duong, Marie Gall et Sylvie Coma
Jean Oréglia (photo : Grégory Salomonovitch)

PARTICIPER AUX OBSÈQUES DE JEAN ORÉGLIA

Rendez-vous le mardi 10 avril à 11h à la Cathédrale de Saint-Pons pour un dernier hommage. À la fin de la cérémonie, un pot sera organisé à la Cigale. Le corps sera ensuite transporté à Tarascon pour y reposer auprès de sa mère, selon sa volonté. Les dernières volontés de Jeannot : ni fleurs, ni couronnes, mais gros apéro à La Cigale. Jeannot n’avait bien sûr pas un rond ni assurance-vie. Ses amis ont décidé de prendre en charge ses obsèques dans le respect de ses volontés. Celles et ceux qui souhaitent participer à la collecte organisée à La Cigale par Pierre Blondeau peuvent effectuer un virement (même une petite somme bien sûr) sur ce compte ouvert par Pierre :

Établissement : 20041
Guichet : 01012
N° de compte : 0167905W033 Clef : 33
IBAN : FR88 2004 1010 1201 6790 5W03 333
Titulaire du compte : Pierre Blondeau

ou par chèque à envoyer à l’ordre de Pierre Blondeau :
La Cigale, 3 route de Castres, 34220, St-Pons-de-Thomières

Les frais d’obsèques sont de 3 000 €. Si la collecte venait à dépasser cette somme, le surplus sera reversé au Secours Populaire.

Cliquer ici pour revoir les cartes postales de la tournée avec Jeannot.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

Dernières publis

Une sélection :

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)

Libérez l’entrepreneur qui est en vous ! Un reportage de Sophie Simonot Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Un stage pour devenir freelance AbonnésÉcouter

Le

Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Et bien c’est simple, devenez freelance ! Suivez avec nous ce stage de quatre jours et vous allez devenir « le capitaine de vous-même » ! L’Académie du freelance vous attend. Emmanuel Macron le proclame : « la France est un pays d’entrepreneurs ». Toute enthousiasmée, Sophie Simonot a voulu rencontrer cette jeunesse pleine d’avenir. Miroir aux alouettes ?

Skouze-moi dérangé vous sivouplé. Un reportage de Sophie Simonot Je m’appelle Amadora, je suis Rom, j’ai douze ans AbonnésÉcouter

Le

Et elle éclate de rire. Pourtant il n’y a pas de quoi. En France les Roms sont de loin les plus rejetés, oui mais on ne peut pas se dire toute la journée qu’on est une victime. Pour tenir, il faut résister. Éclater de rire, c’est résister. Arrivée en France avec sa famille à l’âge de quatre ans, Amadora a vite appris le français et elle le parle parfaitement. Toute petite, elle est devenue l’interprète de tout le campement. Avec les flics, avec le médecin, avec l’assistante sociale, c’est comme ça qu’elle découvre la vie. Elle discute le prix des matelas que son père ramasse dans la rue, elle traduit sa mère qui dit qu’« en France, même les poubelles, tu peux en vivre, c’est comme un magasin ». La journaliste Dominique Simonnot est devenue sa grande copine. Ça a fini par donner ce livre unique sur l’histoire d’une famille Rom en France.

Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012 Accès libreLire

Le

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :