Le témoignage du père de Cédric Chouviat.

« Je suis le père de Cédric, mon fils a été assassiné »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le 3 janvier, à Paris, Cédric Chouviat est interpellé sur son scooter pour un banal contrôle de police. Plaqué au sol, Cédric fait un arrêt cardiaque. Il décédera dans la nuit de dimanche à lundi, laissant une veuve et 5 enfants.

Pourquoi Cédric est-il mort ? Selon la version policière, relayée dans un premier temps par les médias, Cédric se serait montré « irrespectueux et agressif » envers les agents. Les policiers décident de l’arrêter pour outrage. Après avoir résisté, une fois menotté, Cédric aurait fait un « malaise cardiaque ». Les massages cardiaques prodigués n’y ont rien fait.

Hélas, il n’a fallu que quelques heures pour que des images, diffusées par Mediapart, viennent contredire la version officielle, en montrant la violence de l’interpellation. La famille Chouviat engage aujourd’hui un combat pour connaître la vérité : « Je suis le père de Cédric, et je le dis, on a assassiné mon fils (...) Monsieur Macron, je vais en guerre contre votre État. »

L’avocat de la famille, Me Arié Alimi, a déposé plainte pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Selon Mediapart, les conclusions de l’autopsie devraient être rendues ce mardi 7 janvier.

Voici les images de l’interpellation transmises aux rédactions par Me Arié Alimi (attention, images difficiles) :


Mise à jour 7 janvier 18h41 : Les résultats de l’autopsie viennent de tomber : Cédric est mort des suites d’une fracture du larynx et d’une asphixie, un résultat qui confirme le lien entre l’intervention policière et la mort de Cédric. "La famille attend désormais une justice équitable pour être en paix", ajoute Me Arié Alimi.

images : Taha Bouhafs

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

- Pascale Pascariello, « Décès de Cédric Chouviat : des vidéos témoignent de la violence de l’interpellation policière », Mediapart, 7 janvier 2020.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »