Didier Lockwood, quand l’oiseau s’endort

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Didier Lockwood est mort brusquement à 62 ans, et c’est surtout les oiseaux qui ont le cœur lourd. Aucun ne s’attendait à une chose pareille, il vivait avec eux, tous les jours, toutes les nuits, il volait comme eux, il était comme eux, il n’y avait plus de différence depuis longtemps, aussi bien les grands oiseaux de mer que les cigognes manouches, aussi bien les oies sauvages que les oiseaux de nuit, aussi bien les oiseaux bariolés que les oiseaux de feu, tous se reconnaissaient dans son violon et sa musique, les couleurs, la mer, les arbres, le ciel autour, toute la vie, au moindre coup d’archet tous décollaient, tous s’envolaient, et nous avec.

Une fois, il y a trente ans, chez mon copain le pianiste Jean-Pierre Mas, Didier m’a demandé des paroles pour des chansons pour les enfants. Je ne sais pas ce qu’est devenue la table au coin de laquelle j’ai écrit ces paroles, mais je me souviens très bien d’un enfant qui ne voulait pas s’endormir. Pourquoi ? Parce que dormir, c’est comme mourir, fut la réponse. Aujourd’hui, tout ça prend un drôle de sens, on a retrouvé la chanson avec la voix de Florence Davis et sa musique à lui, mais qui aurait imaginé, il y a trente ans, que ce serait pour lui, pour bercer l’oiseau qui vient de s’endormir ? Mais attention, dormir mais c’est tout, sa musique est vivante à jamais. Demandez aux oiseaux.

Daniel Mermet
Didier Lockwood, quand l’oiseau s’endort

Quand l’oiseau s’endort

Sous la mer, y’a deux oiseaux
Qui s’aiment et qui font tous les deux des bêtises

C’est pas grave, puisque que la nuit
Ils dorment en rêvant avec leurs parents

Il suffit d’un baiser ou deux
Pour aller cueillir les étoiles
Pour devenir un oiseau bleu
Il suffit de fermer les yeux

Sous la mer, y’a des maisons
Quand l’oiseau s’endort, on éteint la lumière

C’est pas grave, puisque la nuit
Il part en rêvant vers un beau pays

musique : Didier Lockwood
chant : Florence Davis
paroles : Daniel Mermet


Aux Victoires du Jazz en 2006, Marcel Azzola et Didier Lockwood interprètent La Javanaise de Serge Gainsbourg :


En 1979, dans l’émission « Le regard des femmes », Stéphane Grappelli et Didier Lockwood reprennent aux violons Autumn leaves :

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Chansons pour enfants revisitées par Didier Lockwood, 1989, JMS

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La violence d’un capitalisme en déroute CHILI, LE NÉOLIBÉRALISME À L’AGONIE FAIT TIRER DANS LE TAS AbonnésVoir

Le

Lundi 14 octobre, à Santiago du Chili, des étudiants protestent contre l’augmentation du prix du ticket de métro. Une augmentation de 3% qui peut sembler dérisoire, c’est 30 pesos chiliens, soit 3,7 centimes d’euros. Mais c’est la goutte d’eau, le peuple se révolte, et le président fait tirer dans le tas. 18 morts, à l’heure où nous écrivons.

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.