Didier Lockwood, quand l’oiseau s’endort

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Didier Lockwood est mort brusquement à 62 ans, et c’est surtout les oiseaux qui ont le cœur lourd. Aucun ne s’attendait à une chose pareille, il vivait avec eux, tous les jours, toutes les nuits, il volait comme eux, il était comme eux, il n’y avait plus de différence depuis longtemps, aussi bien les grands oiseaux de mer que les cigognes manouches, aussi bien les oies sauvages que les oiseaux de nuit, aussi bien les oiseaux bariolés que les oiseaux de feu, tous se reconnaissaient dans son violon et sa musique, les couleurs, la mer, les arbres, le ciel autour, toute la vie, au moindre coup d’archet tous décollaient, tous s’envolaient, et nous avec.

Une fois, il y a trente ans, chez mon copain le pianiste Jean-Pierre Mas, Didier m’a demandé des paroles pour des chansons pour les enfants. Je ne sais pas ce qu’est devenue la table au coin de laquelle j’ai écrit ces paroles, mais je me souviens très bien d’un enfant qui ne voulait pas s’endormir. Pourquoi ? Parce que dormir, c’est comme mourir, fut la réponse. Aujourd’hui, tout ça prend un drôle de sens, on a retrouvé la chanson avec la voix de Florence Davis et sa musique à lui, mais qui aurait imaginé, il y a trente ans, que ce serait pour lui, pour bercer l’oiseau qui vient de s’endormir ? Mais attention, dormir mais c’est tout, sa musique est vivante à jamais. Demandez aux oiseaux.

Daniel Mermet
Didier Lockwood, quand l’oiseau s’endort

Quand l’oiseau s’endort

Sous la mer, y’a deux oiseaux
Qui s’aiment et qui font tous les deux des bêtises

C’est pas grave, puisque que la nuit
Ils dorment en rêvant avec leurs parents

Il suffit d’un baiser ou deux
Pour aller cueillir les étoiles
Pour devenir un oiseau bleu
Il suffit de fermer les yeux

Sous la mer, y’a des maisons
Quand l’oiseau s’endort, on éteint la lumière

C’est pas grave, puisque la nuit
Il part en rêvant vers un beau pays

musique : Didier Lockwood
chant : Florence Davis
paroles : Daniel Mermet


Aux Victoires du Jazz en 2006, Marcel Azzola et Didier Lockwood interprètent La Javanaise de Serge Gainsbourg :


En 1979, dans l’émission « Le regard des femmes », Stéphane Grappelli et Didier Lockwood reprennent aux violons Autumn leaves :

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Voir aussi

Chansons pour enfants revisitées par Didier Lockwood, 1989, JMS

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain Café Repaire du Conflent se tiendra jeudi 18 octobre 2018 à partir de 19h30 au Bar du Canigou à Villefranche de Conflent On se retrouve pour la dernière fois en heure d’été à 19h30. Pas de menu particulier cette fois. Ce sera une auberge espagnole : chacun, chacune apporte un sujet ou (...)

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.