« Cette messe vous est offerte par Total ! » Abonnés

1

Le

montage photo : Discord Insoumis

Et vous, vous n’avez pas envie de faire un don énorme à la fondation Là-bas si j’y suis ? Non ? Même si on est classé en trésor national et que vous pouvez défalquer 90 % de votre don ? Décidément, vous n’avez vraiment pas le sens des affaires…

[EXTRAIT] « Cette messe vous est offerte par Total ! » Avec Vincent Drezet de Solidaires Finances Publiques

Grands princes, nos riches ont décidé de régler la note : en quelques heures, des centaines de millions d’euros ont été levés pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Pinault, Arnault, Bettencourt, Total, Bouygues, aucun de nos capitaines d’industrie ne manquaient à l’appel au moment de la promesse de dons.

Alors que ce grand Téléthon pour milliardaires se déroulait sous nos yeux, nous nous sommes demandés : comment se fait-il que nos grands bourgeois qui rivalisent d’ingéniosité pour ne pas payer d’impôts se montrent d’un coup si généreux ? Nous avons rencontré Vincent Drezet, fonctionnaire aux finances publiques et syndicaliste à Sud, pour qu’il nous explique en détail les règles du mécénat d’entreprise en France. Une niche fiscale si confortable, et l’occasion de passer pour un seigneur : on serait bête de s’en priver !

Quelques chiffres :

- coût budgétaire annuel du mécénat : entre 900 millions et 1 milliard d’euros .
- multiplication par 10 de ce coût budgétaire depuis l’entrée en vigueur de la Loi Aillagon en août 2003.
- 24% des entreprises mécènes passent par une fondation.
- Pour un groupe comme LVMH par exemple, cette défiscalisation via la « Fondation Louis Vuitton » représente 518 millions d’euros de crédits d’impôts entre 2007 et 2017.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Jérémie Younes
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À lire

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »