BURE, 6h15, 500 gendarmes. Témoignages

Bure : évacuation musclée, manifs à 18h

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Bure: évacuation du site du bois Lejuc
par Là-bas si j'y suis

Camille, opposante au projet d’enfouissement de déchets radioactifs à Bure :

01. Bure, évacuation musclée, manifs à 18h : Camille

Jacques Lerai, membre de l’association des élus meusiens et haut-marnais opposés à l’enfouissement des déchets radioactifs et porte-parole du Collectif Contre l’Enfouissement des déchets RAdioactifs (CEDRA) :

02. Bure, évacuation musclée, manifs à 18h : Jacques Lerai

Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle :

03. Bure, évacuation musclée, manifs à 18h : Caroline Fiat

Les opposants au projet de centre d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure ont réagi ce matin :

COMMUNIQUÉ DE QUELQUES HIBOUX DE BURE

« Ce matin à 6h15 a débuté l’expulsion du Bois Lejuc par 500 gendarmes avec grand renfort de communication de la part du ministère de l’Intérieur, et les chaînes d’info en continu branchées sur les images sensationnelles de blindés militaires massés près de ce bois, de cabanes envahies au petit matin, de gendarmes en cagoule munis de tronçonneuses et caméras embarquées…

L’opération, censée mettre à exécution une décision d’expulsabilité rendue l’année passée par le Tribunal de grande instance de Bar-le-Duc, intervient avant l’épuisement des recours juridiques (notamment sur la propriété de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs sur le bois) et avant la fin de la trêve hivernale, alors que plusieurs structures d’habitation et d’occupation avaient été installées aux abords et au cœur de la forêt. Alors même également que l’EODRA (association des élus opposés à l’enfouissement) avait domicilié en janvier son siège social dans la forêt. L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) ne pourra légalement commencer aucun de ses travaux dans le bois : l’Autorité Environnementale a prescrit en octobre 2017 à l’Andra la réalisation d’une évaluation environnementale avant tous travaux préparatoires, la période de nidification à la mi-mars empêche tous travaux, et l’Andra n’a pas d’autorisation de défrichement.

Comme en 2012 à Notre-Dame-des-Landes, les bulldozers suivent immédiatement les gendarmes, on rase au plus vite les lieux de vie sans laisser le temps de récupérer tous les effets personnels. Déjà suite à une première expulsion du bois en juillet 2016, les machines de l’Andra avaient défriché illégalement une partie conséquente des arbres avant que l’opposition ne réinvestisse et ne réoccupe la forêt à la mi-août 2016.

À cette heure, des arbres restent occupés par plusieurs hiboux. Une vingtaine de gendarmes mobiles sont en bas. Plusieurs personnes ont été interpellées lors de l’opération, ou sont encerclées sur des chemins menant à la forêt, de multiples vérifications d’identité ont eu lieu. Au moins une personne a été placée en garde à vue.

RÉSISTER PARTOUT

Cette expulsion entérinée par le gouvernement Macron intervient dans un contexte de durcissement dramatique du contexte social à l’encontre du monde du travail, des étudiants, des migrant-e-s, etc. C’est la mise en place d’un modèle industriel et social à l’américaine qui précarise, piétine allègrement l’environnement et les populations, et s’impose par la force et l’intransigeance. Le président Macron marche dans les pas de Margaret Thatcher : tolérance zéro, le message est clair.

Cette opération foudroyante est avant tout une manœuvre politique à la mise en scène minutieusement orchestrée pour empêcher que l’abandon de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ne galvanise la résistance partout en France. Une opération pour tenter d’enrayer tout le soutien national qui s’organise peu à peu, avec comme symbole une petite maisonnette créée par le comité de soutien de Dijon qui devait être installée dans la semaine, la première cabane d’un comité de soutien. Dans les mots décharnés de la préfète, c’est "un projet de construction en dur manifestant la volonté des opposants de s’installer durablement". Nous disons que c’est un mauvais pari. Nous sommes déjà installé-e-s durablement, dans la forêt et partout autour dans les villages que nous habitons, mais aussi partout ailleurs en France où chaque opération de police multiplie les soutiens. Ce matin, l’État a choisi d’envoyer un signal très fort qui nous confirme que la résistance doit continuer de s’organiser partout en France et au-delà, et que Cigéo est un point crucial dans la pérennité d’une industrie nucléaire qui s’impose par la force sous couvert de concertation.

Lorsque nous avons commencé à occuper le bois Lejuc en juin 2016, nous n’aurions jamais imaginé que nous y serions 1 an et demi plus tard, que l’Andra devrait reculer, que des dizaines de comités se créeraient partout en France. Les ministres auront beau jouer le traditionnel jeu de la dissociation sur BFM entre les "méchants cagoulés" à nettoyer d’urgence et l’opposition citoyenne pacifique, ce discours n’a jamais pris à Bure où nous luttons dans un mouvement protéiforme et complémentaire. Tous les médias parlent de la "ZAD de Bure", pour mieux créer le parallèle avec Notre-Dame-des-Landes dans l’esprit des gens. Nous avons toujours dit que s’il y avait une ZAD à Bure, c’était celle de tout un territoire, partout, parce que l’horreur atomique et le rouleau compresseur étatique qui la sous-tend ne connaissent pas de frontières quand il s’agit de broyer les existences des gens et leurs territoires de vie au nom du profit et du contrôle.

La pornographie policière et médiatique des images de destruction et la mise en scène du "retour à l’État de droit" ne satureront pas nos têtes et nos cœurs, ne recouvrira pas tout ce qui s’est vécu depuis des années à Bure et tout autour, et ce qui va se vivre dans les années à venir. Expulser le bois Lejuc ce matin, c’est taper et attaquer partout toutes celles et ceux qui sont venu.es sur place par milliers dans les années passées et portent déjà en elleux, partout, un morceau de Bure.

Chaque attaque nous renforce dans notre détermination, on ne nous atomisera jamais ! »

Un appel à converger à Bure pour celles et ceux qui peuvent a été lancé : rassemblement à 16h à Mandres-en-Barrois pour la venue de Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et à la préfecture de Bar-le-Duc à 18h.

Des rassemblements auront lieu partout ailleurs en France ce soir, comme à :
- Paris, 18h30 place Saint-Michel
- Nantes, 18h, devant la préfecture
- Saint-Nazaire, à 18h devant la sous-préfecture
- Blois, devant la préfecture à 18h
- Toulouse, à 18h devant la préfecture
- Rouen, à 18h devant la préfecture
- Nîmes, à 18h devant la préfecture
- Fougères, à 18h devant la sous-préfecture
- Lyon, à 18h devant la préfecture
- Le Puy-en-Velay, à 18h devant la préfecture
- Longwy, à 18h devant la permanence du député (17 route nationale Villers-la-Montagne)
- Quimper, à 18h devant la préfecture
- Épinal, 18h, devant la préfecture
- Dijon, 18h, place du Bareuzai
- Limoges, 18h, place de la préfecture
- Grenoble, 18h, devant la préfecture
- Lille, 18h, place de la République devant la préfecture
- Saint-Brieuc, 18h, rassemblement place de la préfecture
- Châteaubriand, rassemblement devant la sous-préfecture, 14 rue des Vauzelles
- Tours, 18h, place Jean-Jaurès
- Poitiers, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Agen, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Autriche, Vienne, 18h, rassemblement devant l’ambassade de France
- Belfort, 18h devant la préfecture
- Chambéry, 18h, devant la préfecture
- Troyes, 18h, devant la préfecture à Troyes
- Orléans, 18h devant la préfecture
- Bourges, 18h devant la préfecture
- Montargis, 18h devant la préfecture
- Lorient, 18h, rassemblement devant la sous-préfecture
- La-Roche-sur-Yon, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Strasbourg, 18h, appel à rassemblement devant la préfecture
- Colmar, 18h, appel à rassemblement devant la préfecture
- Mulhouse, 18h, appel à rassemblement devant la préfecture
- Loches, 18h, appel à rassemblement devant la Maison d’État
- Gap, 18h, devant la préfecture
- Bayonne, 18h, devant la préfecture
- Saint-Étienne, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Annecy, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Cergy-Préfecture, 18h, en haut des escalators de la gare
- Rennes, 18h, rassemblement devant la place Saint-Anne
- Ajaccio, 18h15, rassemblement devant la préfecture
- Châlons-en-Champagne, 18h15, rassemblement devant la préfecture
- Valence, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Albi, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Millau, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Angers, 18h, rendez-vous au Château, contact : soutien-bure49@lists.riseup.net
- Metz, 18h, devant la préfecture
- Bordeaux, 18h, 2 place de l’esplanade (préfecture)
- Besançon, 18h, place de la préfecture
- Vannes, 18h, rassemblement de soutien devant la préfecture
- Montpellier, 18h, rassemblement place de la préfecture, 34 place des Martyrs de la Résistance
- Coutances, 18h30, Hôtel de Ville
- Reims, 18h, rassemblement devant la sous-préfecture
- Redon, 18h, rassemblement devant la sous-préfecture
- Alès, 18h, rassemblement devant la sous-préfecture
- Laon, 18h, rassemblement devant la sous-préfecture
- Foix, 18, rassemblement devant la préfecture
- Oloron-Sainte-Marie, rassemblement devant la sous-préfecture
- Châlons-sur-Saône, 18h, devant la sous-préfecture
- Auxerre, 18h, rassemblement devant la préfecture
- Saint-Gaudens, 18h devant la sous-préfecture
- Clermont-Ferrand, 18h30 devant la préfecture
- Chaumont, 18h devant la préfecture
- Bruxelles, Belgique, 19h, rassemblement devant l’ambassade
- Bressuire, 19h, devant la sous-préfecture

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.

Nos grands entretiens à lire à tête reposée Jean Ziegler : « Le capitalisme tue, il faut qu’il disparaisse » AbonnésLire

Le

Camarades esclaves, exigeons des boulets moins lourds, demandons des chaînes plus longues, réclamons une réduction des coups de fouet ! Ou bien camarades, levons-nous, prenons les armes et pendons les tyrans. Vous souriez ? Oui, mais la question est toujours : réforme ou révolution ? Pour notre ami Jean Ziegler, c’est clair : le capitalisme n’est ni amendable, ni réformable. Voici la retranscription de l’entretien enregistré en mai dernier à l’occasion de la parution de son livre, Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin) (Le Seuil, 2018).