CLERMONT-FERRAND - Les cheminots en grève investissent brièvement les locaux de la direction

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Les cheminots en grève contre la réforme des retraites ont procédé, mardi 7 janvier sur le parvis de la gare de Clermont-Ferrand, à l’enterrement symbolique de la SNCF comme établissement public industriel et commercial suite à sa transformation en société anonyme au 1er janvier 2020. Les cheminots, qui sont dans leur 34e jour de grève, souhaitaient ainsi marquer un temps fort avant la journée de grève interprofessionnelle du jeudi 9 janvier et les manifestations du samedi 11 janvier.

Toujours déterminés, certains responsables syndicaux présents lors du rassemblement avertissent sur le fait que la fin de la semaine va être déterminante pour la poursuite de la grève. « Nous n’allons pas pouvoir tenir tous seuls six mois, explique un délégué Sud Rail. Si les autres secteurs ne se mobilisent pas... »

Après le rassemblement, les cheminots ne sont dirigés vers le siège local de la SNCF, situé à quelques dizaines de mètres. Antoine Gigon-Depeiges, le directeur de la SNCF pour la zone, n’ayant pas répondu à la demande des grévistes d’être reçus, ceux-ci l’ont interpellé depuis la cour puis sont rentrés dans le bâtiment à sa recherche. Antoine Gigon-Depeiges est cependant resté introuvable, de même que la plupart des salariés présents qui avaient déserté le site à l’arrivée des grévistes. Seul un sapin de Noël, jeté par une fenêtre, est descendu à leur rencontre.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.