CLERMONT-FERRAND - Des militants syndicaux convoqués par la police

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Suite à la manifestation des professeurs contre la tenue des épreuves anticipées du bac en classe de première, samedi dernier au lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand (nous l’avions documentée ici), et qui avait donné lieu à l’investissement du lycée, quatre militants syndicaux au moins ont été convoqués par la police sous le régime de l’audition libre mercredi prochain. Ils devront répondre des faits "d’intrusion non autorisée dans un établissement d’enseignement", un délit créé en 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy au prétexte de faits divers d’intrusions de bandes dans des établissements scolaires.

Les personnes visées sont pour l’instant : Didier Pagès, porte-parole de SUD éducation dans le Puy-de-Dôme, Frédéric Campguilhem, co-secrétaire académique de la CGT-Education, et deux militants de l’Unef.

Ce nouvel épisode de répression syndicale intervient après la plainte contre X déposée par la proviseure de l’établissement, Mme Muriel Falibaron, pour cette "intrusion", alors même que l’ensemble des personnes présentes avaient quitté les lieux dans le calme après l’annonce du report des épreuves et sans qu’aucune dégradation n’ait eu lieu. Les lycéens de Blaise-Pascal avaient massivement manifesté leur approbation de cette action, inquiets des mauvaises conditions d’organisation de l’épreuve et des inégalités qu’elle génère.

Le recteur d’académie, Karim Benmiloud, avait pourtant publié un communiqué à la suite de cette action dans lequel il qualifiait la manifestation de "troubles". Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, avait promis, dans la foulée, des poursuites.

Les syndicats engagés dans la contestation contre la réforme des retraites et du bac promettent une réponse forte, avec probablement des actions de soutien mercredi devant le commissariat de l’avenue de la République à Clermont-Ferrand (les premières convocations sont à 9 heures du matin). Le mercredi 29 janvier est également le prochain jour de mobilisation nationale appelé par l’intersyndicale.

Hasard du calendrier, les lettres de convocation arrivent au lendemain de la déclaration de Macron sur Radio J dénonçant les "discours politiques, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie, qu’il y ait une forme de dictature qui s’est installée" et alors que le ministre Jean-Michel Blanquer apparaît comme complètement désavoué par la majorité des enseignants.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.