Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

ZAD de Gonesse : report d’audience au vendredi 19 février

Dimanche 7 février, par grand froid, la ZAD de Gonesse voyait le jour.
Depuis, les soutiens se relaient pour occuper le terrain et faire entendre leur voix contre le bétonnage des terres agricoles et l’urbanisation de la zone (projet de construction d’une gare de la future ligne 17 du Grand Paris Express, et d’une ZAC)

Après l’abandon en novembre 2019 du projet Europacity [1] sur cette même zone, les militants ne comptent pas baisser les bras facilement.

Le CPTG (Collectif Pour le Triangle de Gonesse) et ses soutiens ont publié sous forme de pétition le « Serment de Gonesse », 9800 signataires à ce jour.

Le serment revient sur l’urgence d’arrêter l’artificialisation des sols à tout va, et propose d’organiser une concertation sur l’avenir de la plaine de France.
Il aborde également le projet agricole de l’association CARMA, soutenu par le collectif, qui comprendrait l’installation d’activités maraîchères et horticoles dans une dynamique de circuits courts, créatrices d’emplois non délocalisables et qualifiants, tout en améliorant le cadre de vie des habitants (des fermes de maraîchage, d’horticulture et de céréaliculture, des vergers, de l’élevage, des jardins familiaux et associatifs, des conserveries et des brasseries).

Ce Mercredi 17 février , Bernard Loup, président du CPTG (Collectif pour le triangle de Gonesse) était convoqué au TGI de Pontoise, accompagné de nombreux militants et quelques élus venus apporter leur soutien.

L’audience, au cours de laquelle devraient être décidées les suites du référé d’expulsion déposé par L’Etablissement Public Foncier d’Ile-de-France (EPFIF), propriétaire du terrain, est reportée au vendredi 19 février.

Plusieurs associations appellent à nouveau au rassemblement sur place.

- le site du CPTG : https://ouiauxterresdegonesse.fr/
- le groupe Facebook du CPTG pour suivre les actions et les besoins sur place en temps réel : https://www.facebook.com/nonaeuropacity.cptg

Voir toutes les brèves

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »