Retraites : Jacques Maire reste co-rapporteur du projet de loi, malgré son pactole AXA

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Peut-on être co-rapporteur d’un projet de loi qui va bénéficier aux assurances privées tout en possédant 13 836 actions de la compagnie Axa ? Selon la déontologue de l’Assemblée nationale, pas de problème ! C’est le cas de Jacques Maire, député LREM des Hauts-de-Seine et co-rapporteur du projet de loi de « réforme » des retraites.

Questionnés par Checknews.fr, les collaborateurs de Jacques Maire affirmaient la semaine dernière que le rapporteur avait vendu ses actions Axa, à hauteur de 358 935 euros, et n’avait donc plus de lien direct avec le fleuron français de l’assurance. Pas de conflit d’interêt, circulez, il n’y a rien à voir.

Mais, quand un changement substantiel de situation survient pour un député, il doit le déclarer à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. Et la dernière déclaration de Jacques Maire indique qu’il est toujours détenteur de ce portefeuille d’actions Axa. Re-interrogés à l’assemblée puis par les journaux, Jacques Maire et ses collaborateurs parlementaires finissent par avouer à demi-mot que le député Maire n’a en fait pas soldé ses actions. Jacques Maire ajoute qu’il est « extrêmement fier d’avoir donné dix ans de [sa] vie à un groupe français qui compte parmi les fleurons de notre pays à l’international. »

Sollicitée sur ce conflit d’interêt flagrant (Jean-paul Delevoye était tombé pour moins que ça), la déontologue de l’assemblée, Agnès Roblot-Troizier n’a pas vu de problème particulier. Jacques Maire restera donc co-rapporteur de la loi retraite.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »