Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Point sur la grève - 16e jour

Nous entrons ce vendredi 20 décembre dans le 16 e jour de grève contre la réforme des retraites, alors que certains organes de presse titrent désormais sur les réflexes de "survie" au mouvement à l’approche de Noël et sur la baisse du nombre de grévistes à la SNCF.

  • D’après la direction de la SNCF, encore 9,5 % du personnel total de l’entreprise est en grève aujourd’hui, chiffre qui s’élève à 58,3 % parmi les conducteurs.
  • La SNCF a par ailleurs annoncé qu’environ un TGV et un Intercités sur deux circuleront les 23 et 24 décembre. Ces chiffres sont cependant provisoires, et les petites lignes seront davantage touchées.
  • Le gouvernement tente d’amadouer les salariés de la RATP et de la SNCF, et surtout les directions syndicales, en promettant de "lisser" la mise en œuvre de la réforme des retraites dans le temps. Objectif : fracturer le mouvement en jouant sur les différences de génération. Un article du Monde fait le tour des propositions mises sur la table par la SNCF et la RATP.
  • Les remorqueurs du port du Havre ont voté la reprise du travail aujourd’hui après trois jours de grève. Néanmoins, ils préviennent d’un probable redémarrage du mouvement en janvier, nous informe Paris-Normandie.
  • À Lyon, 80 cheminots ont réussi à entrer dans le bâtiment de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à interrompre l’assemblée plénière consacrée au budget pour présenter leurs revendications, selon La Montagne. Ils ont pour ce faire occupé la place du très droitier président de région, Laurent Wauquiez, qui n’était pas présent. C’est à voir ici.
  • L’UNSA est le premier syndicat à lâcher le mouvement en appelant à une "pause" dans la grève pour les vacances scolaires, par la voix de Laurent Escure, dirigeant de l’UNSA-Ferroviaire.
  • la CFDT, bien que s’affichant toujours opposée au projet du gouvernement, a appelé sa branche ferroviaire à observer également une "trêve", mais c’est à celle-ci que reviendra la décision, qui doit être prise dans la journée. Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a aussi annoncé sur France Inter ce matin que "ça allait monter très très fort au mois de janvier". En réalité, il a déjà annoncé que la CFDT n’appelait pas à la journée de grève interprofessionnelle du 9 janvier, lancée par la CGT. L’Union syndicale Solidaires appelle de son côté à entretenir la grève pendant les vacances, avant les nouveaux points forts du mois de janvier.

Et n’oubliez pas de nous envoyer des nouvelles de votre grève, de vos actions dans votre ville ou votre village, à infogreve@la-bas.org !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »