Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
18 novembre 2020 à 10h52min

Manifestation massive contre la loi « sécurité globale » devant l’Assemblée Nationale

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté hier soir à Paris et dans de nombreuses villes de France contre le projet de loi dit de « sécurité globale ».

Le rassemblement à Paris devant l’Assemblée nationale était massif et joyeux, avant d’être noyé sous les lacrymogènes et les canons à eau sur les coups de 21h30. Mais voici l’image de la soirée, pour se redonner un peu de courage, avec la Fanfare invisible qui « chante des chansons d’espoir, qui parlent de la liberté » :

Dans cette manifestation dont l’objet était justemment de défendre le droit d’informer et d’être informé, de nombreux journalistes ont encore subi des entraves et des violences de la part de policiers. Plusieurs vidéos circulent sur les réseaux sociaux, on y voit les journalistes Simon Louvet (Actu Paris) et Rémy Buisine (Brut) se faire matraquer, les reporters Clément Lanot (Line Press) et Taha Bouhafs (Là-bas) être bousculés et intimidés, et, plus grave, la jeune photo-reporter de 18 ans Hannah Nelson (Taranis) être trainée au sol par les cheveux et placée en garde à vue.

Un rassemblement a lieu à 15h devant le commissariat du 10e arrondissement pour exiger sa libération.

Le texte discuté à l’assemblée divise au sein de la majorité. Véritable fourre-tout sécuritaire, il mélange des choses aussi différentes que l’interdiction de diffuser le visage des policiers, l’assouplissement des règles du port d’armes pour les agents, ou la généralisation de l’utilisation des drones sur la voie publique.

Voir toutes les brèves

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.