Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

INFOGRÈVE - Manifestations et vrai faux recul du gouvernement au 38e jour de conflit

Les syndicats avaient appelé à des manifestations dans toute la France en ce 38e jour de mouvement social contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. La CGT a donné le chiffre de 500 000 manifestants dans tout le pays, contre 149 000 selon le ministère de l’Intérieur.

Ce dernier avait annoncé dans la journée renoncer à sa mesure emblématique de l’âge pivot... pour les départs en retraite jusqu’en 2027, si un accord sur le financement devait être trouvé d’ici fin avril avec les syndicats dans une "conférence de financement". Mais le gouvernement a déjà décidé que les propositions "ne devront entraîner ni baisse des pensions pour préserver le pouvoir d’achat des retraités, ni hausse du coût du travail pour garantir la compétitivité de notre économie". Le gouvernement refuse donc d’entendre parler de hausse des cotisations, en particulier patronales, et ne renonce ni à la réforme ni à l’âge pivot.

À Paris, la manifestation de ce samedi, aussi tendue que celle du 9 janvier, a réuni 150 000 personnes selon la CGT, et 21 000 à 23 000 selon, respectivement, les sources policières et l’entreprise Occurrence mandatée par certains médias.

Principal mot d’ordre dans le cortège : "On ne recule plus."

Voir toutes les brèves

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».