Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

INFOGREVE - Les patrons veulent maintenant garder le système par répartition pour les hauts salaires

Coup dur pour le gouvernement. Le journal Les Echos nous apprend que le patronat réclame désormais le maintien du système par répartition pour ses hauts salaires.

En effet, comme nous ne cessons de le répéter depuis le 5 décembre, l’abaissement du plafond de cotisations envisagé par la réforme Macron est l’un des plus sales coups au système par répartition jamais porté. Le projet prévoit d’abaisser le plafond de cotisations à 120 000 euros de salaires par an, contre 329 000 euros dans le système actuel. Ce qui sortirait de facto les plus riches du système par répartition, en plus de vider les caisses de retraites abondées par ces hauts-salaires. Nous vous en parlions déja ici.

Nous pensions que le patronat se réjouissait de payer moins de cotisations et d’orienter ses hauts salaires vers la capitalisation, mais hier, le président du MEDEF Geoffroy Roux de Bézieux a déclaré : « On ne peut pas passer à la capitalisation, ce n’est pas possible (...) Pour le top management, ça peut signifier un taux de remplacement à la retraite divisé par deux »

Mise en scène tactique ou réelle inquiétude des syndicats patronaux ? La deuxième option serait un véritable camouflet pour le gouvernement, qui comptait sur ce plafond de 120 000 euros pour orienter les hauts salaires vers les assurances privées.

L’article du journal Les Echos est à lire ici.

Voir toutes les brèves

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.