Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

INFOGREVE - Le lapsus savoureux d’une députée en Marche

Acte manqué à l’Assemblée. Interpellée par l’opposition lors des discussions sur l’article 2 de la réforme des retraites, la députée iséroise de la République en Marche Cendra Motin a commis hier soir un lapsus savoureux que des mauvais esprits pensent révélateur : « Nous vous proposons un grand bond en arrière, plutôt que de regarder dans le rétroviseur comme vous le faites ! »

Pour la première fois, un représentant de la majorité l’admet : la réforme des retraites est un grand bond en arrière ! Vidéo à déguster sur le compte twitter du Parti Communiste Français.

Après la « réforme pour la précarité » de Muriel Pénicaud, les « députés expérimentaux » de Christophe Castaner ou encore Emmanuel Macron qui souhaitait « sortir de l’état de droit » (au lieu de l’état d’urgence), voici le nouveau candidat au plus beau lapsus du quinquennat.

Voir toutes les brèves

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.