Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
3 février 2021 à 16h17min

Heureusement que tous les journalistes ne font (toujours) pas comme Inès Léraud !

Samedi dernier, l’association ANTICOR a remis à la journaliste Inès Léraud le prix Ethique 2021. Un prix qui salue son travail d’enquête sur l’industrie agro-alimentaire de Bretagne, et sa ténacité face aux procédures-bâillons dont elle a été victime — comme beaucoup d’autres journalistes d’investigation.

Attaquée en diffamation par Jean Chéritel, patron du groupe Chéritel Trégor Légumes, dont elle a épinglé les pratiques managériales et commerciales dans un article publié par Bastamag en mars 2019, son procès aurait dû se tenir le 28 janvier dernier. Quelques jours avant l’audience, Chéritel a fait savoir qu’il se désistait.

Elle nous avait rendu visite au mois de novembre, pour parler de la BD adaptée de son enquête « Algues vertes, l’histoire interdite » (Delcourt et La Revue dessinée, 2019), mais pas que.

Pour voir ou revoir l’entretien de Daniel Mermet avec Inès Léraud et Kristen Falc’hon, c’est ici.

Voir toutes les brèves

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.