Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

ÉGOUTIERS EN LUTTE, SUITE... Leur réaction à l’annonce de Laurent Pietraszewski

Depuis trois jours, le Secrétaire d’État chargé des retraites Laurent Pietraszewski, essaie tant bien que mal de justifier le recours au 49-3 pour faire passer la réforme des retraites. Il cherche des arguments : « C’est un 49-3 de rassemblement », « Notre texte reprend presque toutes les demandes de la majorité et des amendements de l’opposition  », a-t-il tenu à dire aux journalistes des Échos. Il est même allé jusqu’à citer en exemple de sa bonne foi, l’amendement communiste sur les égoutiers, qui serait repris dans le nouveau texte de réforme. Que dit cet amendement ? « Les égoutiers recrutés avant le 1er janvier 2022 pourront partir à la retraite à 52 ans ». Alors, est-ce une bonne nouvelle ?
Pas vraiment, réagit Nicolas Joseph, égoutier de Paris et élu CGT qui voit le piège d’une retraite au rabais.
« C’est un premier pas, mais largement insuffisant, puisque nous n’avons aucune garantie sur le montant de nos retraites. Si nous pouvons partir à 52 ans mais avec une retraite au rabais, nous serons contraints de continuer à travailler jusqu’à... quand ? 62 ans ? Tant que la réforme impose une retraite par points qui ne tient plus compte des six derniers mois (comme c’est aujourd’hui le cas pour les fonctionnaires) mais des vingt-cinq meilleures années de carrière, nous ne l’accepterons pas. Par ailleurs, comment va-t-on faire avec les plus jeunes, qui devront travailler jusqu’à 60 ou 62 ans ? On ne peut pas accepter qu’il y ait des différences de traitement entre les jeunes et les autres !  »
Donc, rendez-vous à la prochaine manif... La lutte continue !

[Cliquez ici] pour voir notre reportage "Misérables égoutiers"

Voir toutes les brèves

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

Les chercheurs manifestent pour une recherche publique, libre et désintéressée VACCIN, RECHERCHE : LES GROS ENFUMAGES DE MONSIEUR MACRON AbonnésVoir

Le

En mars, Macron promet 5 milliards pour la recherche scientifique. Enfumage ! Au total, aujourd’hui, c’est à peine 104 millions qui sont budgetés, alors que l’Allemagne a alloué 60 milliards d’ici 2023 pour la recherche, l’enseignement supérieur et l’innovation. Thérapie, vaccin, « la crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique », déclarait Macron. Comment peut-on accepter cet énorme mensonge ? Les chercheurs sont en lutte. Nous devons soutenir une recherche publique libre et désintéressée. Une enquête de Maja NESKOVIC et Aurélie MARTIN [VIDÉO : 30’12].

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet