Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

DEMAIN, INTERDIT DE FILMER LA POLICE ?

Une proposition de loi dite de « sécurité globale » doit être examinée à partir de ce mercredi 4 novembre par la commission des Lois de l’Assemblée nationale. Rédigé par le député La République en marche Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du Raid, l’article 24 inquiète particulièrement les associations et les journalistes : l’interdiction de diffuser le visage des policiers. Une disposition qui représente une véritable entrave à la liberté d’informer. Rappelons que ce sont bien plus souvent des vidéos que des rapports de l’IGPN qui permettent d’idientifier et de poursuivre les policiers qui commettent des abus et des violences dans le cadre de leurs fonctions, comme dans les cas récents de Cédric Chouviat à Paris ou de Geneviève Legay à Nice.

Arié Alimi, avocat de la Ligue des Droits de l’Homme, nous explique la dangerosité de l’article 24 du projet de loi « sécurité globale ».

Une pétition est en cours pour le « Refus de la loi visant à empêcher la diffusion des images de violences policières ».

Voir toutes les brèves

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :