Le sociologue Zygmunt Bauman est mort le 9 janvier. Écoutez cet entretien avec lui, fin 2012 à Leeds.

Zygmunt Bauman, la vie est devenue liquide

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Moins célèbre en France que dans le monde, le nom de Zygmunt Bauman est lié à la « société liquide », une métaphore qu’il crée en 1998 pour dire la condition de l’homme post-moderne, jetable, interchangeable, sans repère, sans futur, sans bord, comme coût humain d’un monde dérégulé qui proclame : « personne n’est irremplaçable ».

Il publie aussi La Décadence des intellectuels ou Les riches font-ils le bonheur de tous ?, ou son retentissant Modernité et Holocauste (2002, éditions La Fabrique) où, loin des « souffrances narcissiques », il inscrit l’Holocauste dans la monstruosité banale de la modernité.

Né en Pologne dans une modeste famille juive laïque en 1925, il fuit l’antisémitisme et le nazisme en 1939. Réfugié en URSS, il devient officier dans l’Armée Rouge et participe à la libération de Berlin en 1945. Revenu à Varsovie, il publie ses premiers ouvrages. En 1968, fuyant la vague antisémite en Pologne, il s’installe en Israël et enseigne à Tel Aviv.

En 1972, il s’installe en Angleterre à Leeds. C’est là que nous le rencontrons chez lui, en décembre 2012, avec Giv Anquetil. À la fin, il nous rassure : « La possibilité du bien ne meurt jamais ».

Notre entretien avec Zygmunt BAUMAN en deux volets :

Zygmunt Bauman, la vie est devenue liquide (1/2) [15 janvier 2013]
Zygmunt Bauman, la vie est devenue liquide (2/2) [16 janvier 2013]

Programmation musicale :
- Franck London : In your garden twenty fecund fruit trees
- Wax Tailor : Past, present and future
- Laurie Anderson : O superman (for Massenet)
- Warsaw Village Band : Fishie

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Daniel MERMET
traduction : Giv ANQUETIL
réalisation : Lucie AKOUN et Chloé SANCHEZ

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »