Le sociologue Zygmunt Bauman est mort le 9 janvier. Écoutez cet entretien avec lui, fin 2012 à Leeds.

Zygmunt Bauman, la vie est devenue liquide

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Moins célèbre en France que dans le monde, le nom de Zygmunt Bauman est lié à la « société liquide », une métaphore qu’il crée en 1998 pour dire la condition de l’homme post-moderne, jetable, interchangeable, sans repère, sans futur, sans bord, comme coût humain d’un monde dérégulé qui proclame : « personne n’est irremplaçable ».

Il publie aussi La Décadence des intellectuels ou Les riches font-ils le bonheur de tous ?, ou son retentissant Modernité et Holocauste (2002, éditions La Fabrique) où, loin des « souffrances narcissiques », il inscrit l’Holocauste dans la monstruosité banale de la modernité.

Né en Pologne dans une modeste famille juive laïque en 1925, il fuit l’antisémitisme et le nazisme en 1939. Réfugié en URSS, il devient officier dans l’Armée Rouge et participe à la libération de Berlin en 1945. Revenu à Varsovie, il publie ses premiers ouvrages. En 1968, fuyant la vague antisémite en Pologne, il s’installe en Israël et enseigne à Tel Aviv.

En 1972, il s’installe en Angleterre à Leeds. C’est là que nous le rencontrons chez lui, en décembre 2012, avec Giv Anquetil. À la fin, il nous rassure : « La possibilité du bien ne meurt jamais ».

Notre entretien avec Zygmunt BAUMAN en deux volets :

Zygmunt Bauman, la vie est devenue liquide (1/2) [15 janvier 2013]
Zygmunt Bauman, la vie est devenue liquide (2/2) [16 janvier 2013]

Programmation musicale :
- Franck London : In your garden twenty fecund fruit trees
- Wax Tailor : Past, present and future
- Laurie Anderson : O superman (for Massenet)
- Warsaw Village Band : Fishie

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Daniel MERMET
traduction : Giv ANQUETIL
réalisation : Lucie AKOUN et Chloé SANCHEZ

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

  • Le climat et ses dérèglements, une histoire naturelle et humaine. Refaisons la part des choses avec Claire Henrion, animatrice, astronomie, chercheur indépendant et fondatrice de l’Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et (...)

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !