Éric Zemmour, Édouard Drumont, antisémitisme, islamophobie, même combat. Un entretien de Daniel Mermet avec Gérard Noiriel

ZEMMOUR : TRASH, CLASH, CLIC, PUB Abonnés

1

Le

En un an, sur CNews, Éric Zemmour a multiplié son audience par cinq, de 100 000 à 500 000 personnes.

La combine ? Très simple, c’est la combine du vieux Le Pen ou de Donald Trump. Vous sortez une insanité, raciste, sexiste ou autre, bien trash, aussitôt c’est le clash, l’audience gonfle, des millions de clics, et vous pouvez vendre vos écrans de pub beaucoup plus cher. Ah, bien sûr, il faut un bon casting, c’est pas tous les jours qu’on trouve un Zemmour. Les experts toutologues nous parlent d’une « zemmourisation de la société ». Le choc qui suit le terrible assassinat de Samuel Paty entraîne une instrumentalisation et une surenchère de démagogie qui leur donne raison.

Une occasion de retrouver l’historien Gérard Noiriel que nous avions reçu pour son bouquin sur Éric Zemmour comparé à Édouard Drumont, Le Venin dans la plume (La Découverte, 2019).

Pour Éric Zemmour, c’est le musulman dont il faut débarrasser la France, pour Édouard Drumont, c’était le Juif. Gérard Noiriel rapproche les deux personnages, leurs stratagèmes, leurs époques, leurs succès.

Avec le succès de La France juive en 1886, Édouard Drumont répand un antisémitisme virulent qui conduira à l’affaire Dreyfus et au zèle de Vichy dans la destruction des Juifs. Avec ses insanités quotidiennes, Éric Zemmour fait les choux gras des éditeurs et des grands médias qui diffusent et banalisent son islamophobie militante. Comment répondre ? Quelle riposte ? Contre la bourgeoisie culturelle et les « bien-pensants », Drumont et Zemmour, tous deux d’origine populaire, font figure de rebelle en lutte contre la censure et le politiquement correct. Si la justice les condamne, c’est bien la preuve que leur croisade dérange l’ordre établi.

Gérard Noiriel, qui a longuement travaillé sur l’immigration en France, compare le racisme à un virus présent dans un organisme. Lorsque cet organisme perd son dynamisme et s’affaiblit, le virus se développe. L’antisémitisme de Drumont s’est développé dans une profonde crise économique et sociale, l’islamophobie de Zemmour s’est installée dans une époque d’inégalité, de précarité et d’insécurité sociale. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Gérard Noiriel, historien, auteur du livre Le Venin dans la plume (La Découverte, 2019).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.