Une émission de Gaylord Van Wymeersch

Yémen : on sait, mais on se tait ! Abonnés

1

Le

Dans le monde de l’armement, il est un domaine auquel il ne faut surtout pas risquer de s’intéresser de trop près en ce moment : les ventes d’armes par la France à l’Arabie Saoudite. Les journalistes qui s’y sont frottés ont tous immédiatement été convoqués devant la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI). Comme Mathias Destal et Geoffrey Livolsi, que nous recevons aujourd’hui pour en parler avec Pierre Conesa, ancien haut-fonctionnaire à la Défense.

Une émission de Gaylord Van Wymeersch :

Pas moins de sept journalistes ont été auditionnés récemment par le service des renseignements intérieurs pour « compromission du secret de la défense nationale » suite à leur travail sur la guerre au Yémen.

Car, comme le dit si bien la ministre des Armées Florence Parly, « nous n’avons pas de preuves, d’éléments de preuve, selon lesquelles des victimes au Yémen sont le résultat de l’utilisation d’armes françaises [1] ».

C’est bien dommage, car les journalistes Mathias Destal et Geoffrey Livolsi, du média indépendant Disclose, qui ont enquêté sur le sujet et révélé un document interne du ministère des Armées, semblent avoir des choses intéressantes pour vous, Madame la Ministre.

Tout comme Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire à la Défense, qui a travaillé au plus proche des dossiers de négociations des contrats de vente d’armes.

Face aux éléments des ONG et de médias indépendants qui depuis des mois mettent en cause le rôle des ventes d’armes françaises à l’Arabie Saoudite dans le drame humanitaire qui se joue au Yémen, la ministre Florence Parly semble s’obstiner dans une « fake news » de débutante.

Et pour cause. L’industrie de l’armement, c’est 398,2 milliards de dollars en 2017 pour les cent plus grosses entreprises mondiales, soit l’équivalent du produit intérieur brut de la Norvège [2].

Avec un peu plus de 9 milliards d’euros de ventes, le savoir-faire hexagonal en matière d’armement est un secteur en croissance (+30 % l’année dernière) [3]. Et un de nos plus gros et fidèles clients depuis des années n’est autre que l’Arabie saoudite, la monarchie wahabite qui mène une guerre terrible depuis cinq ans contre la rébellion houthiste au Yémen.

On ne va pas se fâcher pour si peu, voyez les enjeux !

La France est devenue une championne des exportations d’armes depuis le quinquennat Hollande. Le « pays des droits de l’Homme » a réussi l’exploit de monter sur la troisième marche du podium mondial des vendeurs de canons en doublant l’Allemagne, avouez que ce n’est pas rien.

Alors, on sait, mais on se tait.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »