AIR FRANCE, EXIGEONS LA RELAXE ! L’Huma si j’y suis

Virer 2 900 salariés ? Pas de souci. Une chemise déchirée ? C’est un crime Abonnés

Le

Ils s’appellent Miguel Fortea, Mhedi Kemoun, Julie Morel, Karine Monsegu, Laurent Dhayot, Adeline Teyssier et Mathieu Cascino. Hôtesse au sol, steward, agent d’escale, syndicalistes Cgt, tous sont salariés d’Air France ou l’ont été. Tous sont en colère et le disent bien fort à Là-bas si j’y suis, autour d’Anaëlle Verzaux. La perspective du procès devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny (93) les écœure.

Les 27 et 28 septembre, seize salariés d’Air France doivent comparaître dans l’affaire dite de la « chemise arrachée ». Parmi eux, quatre ont été déjà été licenciés, le cinquième, délégué du personnel CGT des ateliers d’Air France, vient de l’être, après que la ministre du Travail a donné son autorisation méprisant la décision de l’inspection du travail qui s’était opposée au licenciement de ce salarié protégé.

Aux raisons de cette colère, il faut ajouter le manque de preuves avancées par la direction d’Air France contre ceux qu’elle poursuit pour violences en réunion et dégradations après la manifestation du 5 octobre 2015 ; la criminalisation de la résistance sociale ; l’acharnement judiciaire ; le refus des recours et la disjonction des deux procès. Un procès intenté par la compagnie aérienne, et un procès mené par la CGT contre la direction d’Air France, prévu pour le 9 décembre.

« On nous parle de la violence des salariés mais jamais de celle qui la déclenche, c’est à dire l’annonce par la direction de la suppression d’emplois [11 000 depuis 2010 et 2 900 supplémentaires prévus en 2017, ndlr] et la destruction des conditions de travail », affirment tous les participants à cette table ronde. Action, réaction. Ou plutôt, attaque, légitime défense.

À l’ouverture du procès, la CGT va demander à l’État d’abandonner ses poursuites et contraindre Air France de faire de même.

Une émission enregistrée en direct à la Fête de l’Huma, avec, autour de Anaëlle VERZAUX :
- Miguel FORTEA, secrétaire général de la CGT Air France
- Mehdi KEMOUN, steward et secrétaire général adjoint CGT-Air France
- Julie MOREL, hôtesse au sol (CGT Air France)
- Mathieu CASCINO, ancien salarié d’Air France au chômage
- Karine MONSEGU, CGT Air France
- Laurent DHAYOT, CGT Air France
- Adeline TEYSSIER, agent d’escale Air France

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 : avec les salariés en lutte d’Air France [EXTRAIT]

Les différentes séquences de l’émission :

Le DRH d'Air France, le 05 octobre 2015

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Anaëlle VERZAUX
réalisation : Jérôme CHELIUS, Franck HADERER et Sylvain RICHARD
préparation : Marie GALL et Sylvie COMA
photos : Grégory SALOMONOVITCH

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain Café Repaire du Conflent se tiendra jeudi 18 octobre 2018 à partir de 19h30 au Bar du Canigou à Villefranche de Conflent On se retrouve pour la dernière fois en heure d’été à 19h30. Pas de menu particulier cette fois. Ce sera une auberge espagnole : chacun, chacune apporte un sujet ou (...)

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.