LÀ-BAS Hebdo n°52, avec Noël MAMÈRE et Pierre DOUILLARD-LEFEVRE

Violences policières, LÉGITIME DÉFIANCE Abonnés

1

Le

Le pouvoir n’a pas manqué d’instrumentaliser l’assassinat des deux policiers de Magnanville pour justifier la dérive sécuritaire où s’est embourbé le gouvernement. L’amalgame émotionnel est une vieille ficelle pour manipuler l’opinion. Plus c’est gros, plus ça marche.

Cette fois, il vous suffit de quatre mots : assassin = terroriste = casseur = CGT. Autrement dit CGT = DAECH. Mais ça ne marche pas vraiment, la contestation s’enracine, plus de 60% des Français veulent le retrait de la Loi travail. La manif du 14 juin a été un succès malgré les grands médias annonçant chaque jour "l’essoufflement" du mouvement , et aussi malgré les violences policières dont nous parlons aujourd’hui.

Œil arraché, crâne défoncé, des centaines de blessés, plus de 1 600 interpellations lors des récentes manifs contre « la Loi Travail et son monde ». Une escalade délibérée ? Manuel Valls le confirme : « Il N’Y AUCUNE CONSIGNE DE RETENUE. » Au moins c’est clair ! Malek Oussekine (1986), Rémi Fraisse (2014), qui sera le prochain Monsieur Valls ?

Au cours des manifs depuis trois mois, la violence augmente au vu et au su de tous. On peut se dire qu’il n’y a là rien de nouveau, que ce n’est pas si fréquent, que nous ne sommes pas en dictature, que les CRS ne sont pas des SS et qu’il y a bien pire ailleurs.

Oui, sauf si on regarde les armes utilisées et les techniques policières, sauf si l’on accepte l’opacité, l’omerta, l’immunité qui entourent les violences policières. Sauf si on veut ignorer la galère des victimes et de leurs familles pour obtenir justice.

Depuis des mois, l’exécutif veut imposer par la force une loi unanimement rejetée, « la Loi Travail et son monde ». Cette dérive sécuritaire qui criminalise la contestation et le mouvement social tente de masquer l’ absence de légitimité politique du pouvoir.

Nos invités :

- Noël MAMÈRE, député de Gironde, maire de Bègles, membre de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, vient de publier avec Patrick FARBIAZ CONTRE VALLS : réponse aux néoconservateurs (éditions Les Petits Matins)

- Pierre DOUILLARD-LEFEVRE. Il avait 16 ans en 2007 quand un tir de flashball lui arrache un oeil. Aujourd’hui sociologue et chercheur, il est toujours dans le collimateur de la police. Il vient de publier L’ARME À L’ŒIL, aux éditions du Bord De L’Eau.

LÀ-BAS Hebdo n°52 (extrait)

Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur

Pierre DOUILLARD-LEFEVRE

Malik OUSSEKINE

08. Gérard MORDILLAT mord

Merci à Pierre DOUILLARD-LEFEVRE et Noël MAMÈRE.

Programmation musicale :
- 2 Neg’ & Mystik : Le Temps Des Opprimés

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretiens : Daniel MERMET
et Thibaut CAVAILLÈS
préparés par : Jonathan DUONG
réalisation : Sylvain RICHARD et Grégory SALOMONOVITCH

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]

Aude Lancelin reçoit Juan Branco Macron ou la tentation autoritaire AbonnésVoir

Le

Juan Branco est l’avocat français de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Régulièrement, ils se rencontrent à Londres, dans l’ambassade d’Équateur, où Assange vit toujours reclus. Juan Branco porte un regard informé sur les périls que font peser sur nos libertés la raison d’État, autant que les nouvelles oligarchies intimement liées au pouvoir politique.

Saluons le courage de nos policiers qui se battent héroïquement ! FARIDA, INFIRMIÈRE CRIMINELLE, 1m55… Accès libreVoir

Le

Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue. On salue le courage de la police de Macron contre une femme d’1m55, jetée à terre, asthmatique et qui réclame sa Ventoline. Farida a reconnu avoir jeté deux cailloux sur les flics.