Relocaliser ! Nationaliser ! C’est le moment de le prouver

Urgent : va-t-on manquer de bouteilles d’oxygène ? Abonnés

1

Le

L’usine Luxfer de Gerzat (photo : CGT Puy-de-Dôme)

[EXTRAIT] Urgent : va-t-on manquer de bouteilles d’oxygène ? [RADIO]

Va-t-on manquer de bouteilles d’oxygène pour les malades du CoViD-19 ? C’est à craindre et c’est pourquoi la CGT demande la réactivation et la nationalisation de l’usine LUXFER à Gerzat (Puy-de-Dôme), la seule entreprise en Europe à fabriquer des bouteilles d’oxygène médical et qui a été fermée sans raison légale, selon l’inspection du travail, par l’actionnaire britannique, en mai 2019, en laissant 138 salariés sur le carreau.

Depuis, c’est peu de dire que les choses ont changé ! La crise a montré le danger et l’ineptie de la « mondialisation heureuse ». Même les néolibéraux au pouvoir en France appellent à la « relocalisation . Plus fort encore, le Medef appelle à la nationalisation de nos entreprises en difficulté. De quoi redonner espoir aux licenciés de LUXFER ! En plus de leur pétition à signer en ligne, ils reçoivent des soutiens de partout (André Chassaigne, Jean-Luc Mélenchon, François Ruffin…). Il faudra quelques semaines pour redémarrer, d’où l’urgence pour le pouvoir de mettre en œuvre ses belles idées toutes neuves.

Un entretien de Daniel Mermet avec Axel Peronczyck, délégué CGT de LUXFER, et André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.

Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie AbonnésÉcouter

Le

« Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.