Le policier Alexandre Langlois claque la porte de la police

UN FLIC AFFRONTE DARMANIN Abonnés

1

Le

« Je quitte la police nationale pour les mêmes raisons que j’y suis entré : la défense des libertés individuelles et de l’intérêt général. » Ainsi finit la lettre de démission d’un policier adressée au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Il vient nous dire pourquoi il claque la porte.

Au contraire d’un coup de colère, c’est le résultat d’une expérience de quatorze années dans la police et d’un engagement syndical au sein du syndicat « VIGI. Ministère de l’Intérieur ». Syndicaliste engagé, qui avait pris la défense des « gilets jaunes » face au gouvernement, Alexandre Langlois annonce sa volonté de quitter la police nationale. Telle est la conclusion – lapidaire – de la lettre envoyée par Alexandre Langlois au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Le 27 novembre dernier, le policier militant syndical et emblématique secrétaire général de « VIGI. Ministère de l’Intérieur » a annoncé dans un courrier sa volonté de négocier une rupture conventionnelle avec l’administration.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cécile Frey
son : Alexandre Lambert et Jules Krot

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  Alexandre Langlois, L’ennemi de l’Intérieur. Dérives et dysfonctionnements de la police nationale, Talma Studios, 2019

Sur notre site

À lire

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».