Avec Renaud Lambert du Monde diplomatique

Tout comprendre (ou presque) au débat sur l’annulation de la dette détenue par la BCE Abonnés

1

Le

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, aime beaucoup les billets de banque, en particulier ceux de 20 euros (photo : Banque centrale européenne)

[EXTRAIT] Tout comprendre (ou presque) au débat sur l’annulation de la dette détenue par la BCE [RADIO]

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que l’idée a émergé dans les couloirs du think tank Terra Nova : que les États européens ne remboursent pas une partie de leur dette publique à la Banque centrale européenne, moyennant quoi ils pourraient investir l’argent ainsi sauvé dans la transition écologique [1].

Sur le papier, l’idée est séduisante. Tellement séduisante que, en février dernier, cent-cinquante économistes signent une tribune pour soutenir l’idée que « l’annulation des dettes publiques que la BCE détient constituerait un premier signal fort de la reconquête par l’Europe de son destin [2]  ». La Banque centrale européenne, présidée par la Française Christine Lagarde, s’oppose aussitôt à la mesure, au prétexte qu’elle serait illégale. Mais d’autres voix – moins attendues – s’élèvent aussi, celles d’économistes hétérodoxes, plutôt classés à gauche, qui déplorent un débat illusoire, qui contribuerait à faire de la dette publique un problème, et donc à la sacraliser. Vous ne comprenez rien ? Alors prenez 20 minutes pour écouter Renaud Lambert expliquer les enjeux de cette controverse, avant de lire son article dans Le Monde diplomatique de juin, « Quand la dette fissure la gauche française ».

Programmation musicale :
- La Canaille : Coup de dette
- 12viesdaniel : La dette nous guette

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».