RENCONTRE AVEC IDITH ZERTAL

TEL-AVIV GAZA, match nul

Le , par Daniel Mermet

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Une équipe de chaque côté, un arbitre au milieu, le public autour et la balle au centre. Vous connaissez. Sauf que là, on voit que l’une des équipes n’a pas de chaussure, que les joueurs ont des maillots en loque, des pansements, des béquilles et des bras cassés. De l’autre côté, par contre, ils sont suréquipés, bottés, robotisés, informatisés, sur-armés avec des chars, des hélicos, des drones. Un énorme rouleau compresseur face à un moucheron récalcitrant. Et pourtant l’arbitre fait comme si de rien n’était, comme si il y avait deux camps équivalents, de même force et de même niveau.
Grotesque ? C’est pourtant exactement ce que font la plupart des médias avec « le conflit israélo-palestinien » Depuis tant d’années deux camps face à face se disputent bêtement un territoire alors qu’ils pourraient vivre en paix comme les frères qu’ils sont en vérité. Ah, comme c’est regrettable !

On vient de le voir encore à Paris. Paris l’été se transforme en Paris Plages. On met du sable, des parasols, des chaises longues, des jets d’eau le long de la Seine. Et la ville de Paris invite une ville étrangère. Cette année c’était Tel-Aviv. Tel-Aviv sur Seine. Les supporters de Tel-Aviv étaient contents. Les supporters de l’autre camp n’étaient pas contents. Ils sont venus manifester au nom de Gaza. Gaza contre Tel-Aviv. Séparés par un épais mur de flics devant des touristes hébétés . Cinq cents policiers et gendarmes étaient mobilisés et presque autant de journalistes. « Une métaphore du conflit israélo-palestinien » ont dit les médias. « Êtes-vous pour, êtes-vous contre ? » ont demandé les médias. Car un vrai journaliste ne prend pas parti, il incarne l’objectivité et le juste milieu. Plus vous vous écartez du juste milieu plus vous êtes extrémiste. Ce qui n’est pas bien car les extrêmes se rejoignent. Le vrai journaliste renvoie les deux camps dos à dos ou face à face et passe a autre chose. Le match nul Gaza - Tel-Aviv a rappelé toute la violence cachée sous la fausse objectivité médiatique.

Bombardement de l’armée israélienne sur Gaza en Juillet 2014

En vrai, entre Tel-Aviv à Gaza c’est quelques dizaines de kilomètres. À Gaza 1.800.000 habitants vivent dans une seule cage. Il y a un an, en toute impunité, l’armée israélienne a massacré plus de 2.200 personnes, essentiellement des civils, dont 550 enfants. Les dégâts sont énormes, la station électrique, et la station d’épuration ont été détruites. On manque de tout, à peine quelques heures d’électricité par jour, presque plus d’eau potable.Tout vous pousse à la violence ou à la fuite ou à l’abattement. C’est fait pour.

Selon un rapport de l’Assemblée nationale, 90% de l’eau extraite de l’aquifère à Gaza est impropre à la consommation. Les territoires palestiniens ne disposent aujourd’hui que de 18% des ressources aquifères et n’ont aucun accès aux eaux de surfaces, ce qui leur confèrent 10% de l’eau disponible contre 90% pour les Israéliens.

Ces chiffres sont connus. Enquêtes et infos sur toutes les formes d’oppressions brutales ou rampantes infligées aux palestiniens, sont en grande partie accessibles.

Les Palestiniens sont très loin de contrôler leur territoire. «  Israël exerce un contrôle quasi total sur les territoires, l’espace aérien et les eaux territoriales, les zones tampons à l’intérieur de la bande de Gaza, les entrées et sorties - des personnes comme des marchandises - du territoire et les registres d’état civil  », selon l’ONG Breaking the Silence

Il faut rappeler l’énorme puissance militaire d’Israël. Le budget de la défense israélien est le cinquième plus important au monde par pourcentage de PIB (6,5%) et le troisième par habitant (1.882 $/hab), selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI).

Tirs de roquettes lancés de la bande de Gaza vers Israël en juillet 2014 (Photo : AFP / Menahem Kahana)

Les dépenses militaires tournent autour de 15 milliards de dollars annuels ces dix dernières années, dont une aide militaire américaine de 3 milliards (3,4 milliards de dollars en 2014) à quoi s’ajoute l’aide destinée à financer le bouclier antimissile Iron Dome, ce qui « garantit à l’État hébreu un "avantage qualitatif" sur tous les autres pays de la région », selon le GRIP (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité). Il faut rappeler aussi qu’Israël est un des plus puissants marchand d’arme du monde.

Aucune nouveauté dans ces informations. Elles sont connues par les médias et aisément accessibles. Alors pourquoi tant de pudeurs et de ménagements pour informer sur le rapport de force entre Tel-Aviv et Gaza ? La réponse est simple et chaque journaliste la connaît. C’est la trouille du chantage à l’antisémitisme. Une grosse ficelle, mais qui marche toujours et qui terrorise toujours dans les rédactions sans qu’il soit même nécessaire d’en parler.

Le reptile de l’antisémitisme rampe toujours et doit faire l’objet de toute les vigilances. Mais c’est aussi une arme très utilisée et très efficace par dissuader et discréditer toutes critiques de la politique israélienne. Mille fois cette stratégie indigne a été dénoncée et démasquée. Indigne, car elle banalise l’antisémitisme. Mais elle revient encore et encore. Et elle gagne et elle fait taire.

Voilà ce qui explique le malaise et presque la nausée en rentrant à Paris en ce pourtant joli mois d’août.

Daniel Mermet

À (ré)écouter, un entretien avec la grande historienne israélienne Idith ZERTAL auteur du livre Les Seigneurs de la terre, une histoire de la colonisation israélienne des territoires occupés. Depuis 1967, en violation du droit et des lois, la colonisation rend la paix impossible et constitue la source empoisonnée de nombreux conflits, de violences et de souffrances à travers le monde.

Les seigneurs de la terre (11/12/2013)

Programmation musicale :
- MAP : "Palestine"

Une émission diffusée pour la première fois dans Là-bas si j’y suis le 11 décembre 2013.


Entretien : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER et Guillaume GIRAUD

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

À lire :
- Les Seigneurs de la Terre, d’Idith Zertal et Akiva Eldar, Éditions du Seuil, 2013
- Palestine, Joe Sacco, 1996

À voir :
The Gatekeepers, un documentaire de Dror Moreh (Les Films du Poisson, 2012, 95 min)

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Il y a dix ans, Zinn nous quittait Howard Zinn (1922-2010) Accès libre

    -

    Voir

    « Je veux qu’on se souvienne de moi comme quelqu’un qui a donné aux gens des sentiments d’espoir et de pouvoir qu’ils n’avaient pas avant. » Howard Zinn est parti il y a dix ans aujourd’hui. Historien populaire et engagé, il a changé le regard des Américains sur eux-mêmes, tout le contraire des clichés que la propagande nous a infligés si profondément de ce côté-ci de l’Atlantique. Jusqu’à la fin du mois, vous pouvez voir notre film Howard Zinn, une histoire populaire américaine (1). Nous travaillons à la réalisation de la deuxième partie, en voici un extrait, en hommage à celui qui aimait répéter : « tu ne peux pas être neutre dans un train en marche. »

  • Daniel MERMET avec Olivier BESANCENOT BESANCENOT, BENSAÏD, RÉSISTANCE, ESPÉRANCE Abonnés

    -

    Voir

    Disparu il y a dix ans, le philosophe et militant, Daniel Bensaïd laisse une œuvre toujours utile aujourd’hui, pour celles et ceux qui ne se contentent pas du monde tel qu’il est mais qui n’osent à peine imaginer ce que l’on pourrait en faire. Comment passer de la résistance à l’espérance ? Comment renouer avec le fil de l’histoire progressiste rompu par la catastrophe stalinienne ? Comment trouver des braises dans les cendres des grands échecs ? Ami proche de Bensaïd et de ses idées, Olivier BESANCENOT nous en donne un mode d’emploi pour aujourd’hui.

  • Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (épisode 05) Daniel Bensaïd, fragments mécréants Accès libre

    -

    Écouter

    Suite de notre hommage à Daniel Bensaïd, disparu il y a juste dix ans, le 12 janvier 2010. En 2005, avec « Fragments mécréants », il analyse la fragmentation de notre société en autant d’ilots rivaux selon des critères identitaires, religieux, communautaires ou victimaires. Cette désintégration sous la pression des politiques néo-libérales remet en cause l’intégration républicaine et détruit les solidarités de classe sauf du côté de l’oligarchie où l’on sait s’entraider avec élégance et discrétion.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte prend un cours de syndicalisme policier Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné qui, tel ton serviteur, détestes au plus haut point l’arbitraire et son alliée de toujours, la violence, tu apprécieras sûrement d’apprendre que le journaliste citoyen David Dufresne n’est plus seul à dénoncer avec une légitime indignation la multiplication des bavures policières. Depuis quelques semaines, il a été rejoint dans son juste combat par un certain Emmanuel Macron, qui en connaît un rayon en matière de bavures, puisque c’est lui-même qui, pendant plus d’un an, a demandé à son ministre de l’Intérieur, le très rustique Christophe Castaner, d’autoriser ses forces de l’ordre à se faire franchement plaisir pendant les manifs, en donnant libre cours à leur imagination et leur créativité spontanée dans les domaines de la création d’hématomes, de l’énucléation à distance et de l’arrachage de métacarpe sans anesthésie.

  • Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI !… Accès libre

    -

    Lire

    MERCI POUR CETTE SUPERBE FÊTE MODESTE ET GÉNIALE POUR LES TRENTE ANS DE LÀ-BAS. NOUS VOILÀ REGONFLÉS À BLOC POUR LES CASTAGNES À VENIR, COMME POUR LES BAISERS DANS L’HERBE TENDRE. Des grands moments avec Mathilde LARRÈRE, François RUFFIN, Olivier BESANCENOT, Corinne MASIERO, Jean-Luc MÉLENCHON, Gérard FILOCHE, les MOTIVÉS, les MOLOTOV BROTHERS, Roch HAVET et GUILLAUME et d’autres encore, mais surtout SÉVERINE et son compagnon MANU, « gilet jaune » avec un bandeau noir sur son œil arraché par un tir dans une manif, sur ordre de la bande à Macron.

  • Derrière la fashion week Le monde merveilleux de la mode Abonnés

    -

    Voir

    Chouette, c’ est la fashion week ! Du 20 au 23 janvier c’est la mode femme, venez vite refaire votre look. Ne dites pas que vous n’en rêvez pas. Rien qu’en France, le chiffre d’affaires annuel de la mode c’est plus de 150 milliards d’euros, soit plus que l’aviation et l’automobile réunis. Glamour, rêve et passion, des milliers de jeunes rêvent de faire mannequin. 10 000 chaque année se présentent au concours de l’agence Elite. Très peu réussiront. Et dans quelles conditions ? Il y a les stars, mais les autres sont beaucoup moins bien payés, voire pas payés du tout. Mais malheur à quiconque vendra la mèche. Malgré l’omerta, quelques-unes et quelques-uns osent se défendre et parler.

  • Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie Abonnés

    -

    Écouter

    « Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.

  • Quand le méprisant de la République va au théâtre TAHA LIBRE ! Mais l’enquête se poursuit… Accès libre

    -

    Voir

    Le dangereux militant TAHA BOUHAFS, qui se fait passer pour un simple journaliste, a été remis en liberté après sa détention en garde à vue. La veille, il avait organisé un attentat contre le chef de l’État, qui heureusement a échoué grâce au courage et sang-froid de notre police. Il a été fanatiquement accueilli par des militants violents (certains étant d’aspect musulman). Et bien sûr, l’équipe de LÀ-BAS SI J’Y SUIS était là !

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte Hebdo : la 100e ! Abonnés

    -

    Voir

    Il n’a pas dû t’échapper, ami abonné, que dès qu’on associe le mot « politique » à « police » ou « sécurité », tout de suite on se dit qu’il y a une embrouille dans le sous-texte, une arrière-pensée qui pointe le bout de son nez, une manip qui rode, une intention, pas forcément bonne, qui se balade ou une de ces intox dont la maison poulaga est friande. Je ne te cacherai pas que lorsque j’ai vu et surtout entendu l’exécutif opérer un virage à 180 degrés, en dénonçant du jour au lendemain la toxicité pour la démocratie du déchaînement de violence policière que lui-même avait suscité puis encouragé au cours de ces derniers mois, j’ai eu la nette impression que cette volte-face était prévue depuis plusieurs mois, dans la perspective des municipales ; bof, j’ai sûrement tort.

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.