LÀ-BAS Hebdo n°46

SYNDICATS DEBOUT ? Dialogue entre Frédéric Lordon et Jean-Pierre Mercier Abonnés

Le

Voilà maintenant un mois que le mouvement Nuit Debout se réunit sur les places publiques, et que tout le monde y appelle de ses vœux la « convergence des luttes ». Convergence des luttes. Beau slogan, vieux slogan qui ne date pas d’hier. En 1968, il y avait la Sorbonne et Sochaux. En 1995, Pierre Bourdieu et les grévistes en lutte contre Juppé.

Le 30 mars dernier à Tolbiac, la veille de la première Nuit Debout, c’est Frédéric LORDON qui a lancé le premier pavé dans la mare : « Nous ne revendiquons rien. » De quoi faire bondir celles et ceux qui luttent au quotidien, et dont les revendications ont permis des avancées sociales depuis des décennies.

Alors quelle convergence possible entre Nuit Debout et les syndicats mobilisés contre la loi El Khomri ? À quoi sert un intellectuel dans un mouvement social et politique ?

D’un côté, un chercheur, universitaire, économiste, philosophe, propulsé malgré lui figure du mouvement Nuit Debout, depuis le 31 mars dernier. Agitateur malgré lui, car « la Nuit Debout n’a besoin de personne pour s’agiter toute seule. » Pour autant, Frédéric LORDON cherche à être un intellectuel qui « serve à quelque chose en politique. »

De l’autre, un syndicaliste, délégué CGT au groupe PSA, qui s’est battu contre la fermeture du site PSA-Aulnay, militant de Lutte Ouvrière. Jean-Pierre MERCIER se présente comme un « ouvrier communiste révolutionnaire ».

Ni porte-parole, ni représentant, Frédéric LORDON fuit la peoplisation du système médiatique qui cherche à en faire le « gourou » de la Nuit Debout. C’est pourquoi il décline toutes les sollicitations des médias français. Il fait une exception pour Là-bas si j’y suis et pour cette rencontre avec Jean-Pierre MERCIER. Un dialogue stimulant, à écouter en intégralité dans sa version RADIO, et à retrouver bientôt en VIDÉO dans une version courte.


Entretien : Daniel MERMET

SYNDICATS DEBOUT ? (extrait)

Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur


La reprise du travail aux usines Wonder, un documentaire de Jacques Willemont (1968)

Lorsque l’équipe d’étudiants en cinéma se présente dans la matinée du 09 juin 1968 à l’entrée de l’usine Wonder pour filmer son occupation depuis trois semaines par les ouvriers, ceux-ci viennent de voter la reprise du travail. Une jeune femme refuse de rentrer. Elle crie : « Je ne rentrerai pas, non je ne rentrerai pas », « je ne veux plus refoutre les pieds dans cette taule dégueulasse . » Autour d’elle des ouvriers s’attroupent. Les délégués syndicaux, artisans de la reprise, s’approchent et tentent de la calmer. Un étudiant de passage met de l’huile sur le feu.

réalisation : Jacques Willemont
caméra : Pierre Bonneau
son : Liane Estiez-Willemont

Programmation musicale :
- Les Octaves : Nous ne bougerons pas
- NTM : Qu’est-ce qu’on attend

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
chronique : Gérard MORDILLAT
réalisation : Jérôme CHELIUS
montage : Grégory SALOMONOVITCH
photos : Jeanne LORRAIN et Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Yannis Youlountas partage sa vie entre la Grèce, l’Espagne et la France, là où les hommes se battent pour sortir de l’impasse mortifère du capitalisme et du productivisme. Il plonge à la fois son regard et ses bras dans la rébellion active en témoignant, plume aux doigts ou caméra au poing de la façon (...)

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).