LÀ-BAS Hebdo n°46

SYNDICATS DEBOUT ? Dialogue entre Frédéric Lordon et Jean-Pierre Mercier Abonnés

1

Le

Voilà maintenant un mois que le mouvement Nuit Debout se réunit sur les places publiques, et que tout le monde y appelle de ses vœux la « convergence des luttes ». Convergence des luttes. Beau slogan, vieux slogan qui ne date pas d’hier. En 1968, il y avait la Sorbonne et Sochaux. En 1995, Pierre Bourdieu et les grévistes en lutte contre Juppé.

Le 30 mars dernier à Tolbiac, la veille de la première Nuit Debout, c’est Frédéric LORDON qui a lancé le premier pavé dans la mare : « Nous ne revendiquons rien. » De quoi faire bondir celles et ceux qui luttent au quotidien, et dont les revendications ont permis des avancées sociales depuis des décennies.

Alors quelle convergence possible entre Nuit Debout et les syndicats mobilisés contre la loi El Khomri ? À quoi sert un intellectuel dans un mouvement social et politique ?

D’un côté, un chercheur, universitaire, économiste, philosophe, propulsé malgré lui figure du mouvement Nuit Debout, depuis le 31 mars dernier. Agitateur malgré lui, car « la Nuit Debout n’a besoin de personne pour s’agiter toute seule. » Pour autant, Frédéric LORDON cherche à être un intellectuel qui « serve à quelque chose en politique. »

De l’autre, un syndicaliste, délégué CGT au groupe PSA, qui s’est battu contre la fermeture du site PSA-Aulnay, militant de Lutte Ouvrière. Jean-Pierre MERCIER se présente comme un « ouvrier communiste révolutionnaire ».

Ni porte-parole, ni représentant, Frédéric LORDON fuit la peoplisation du système médiatique qui cherche à en faire le « gourou » de la Nuit Debout. C’est pourquoi il décline toutes les sollicitations des médias français. Il fait une exception pour Là-bas si j’y suis et pour cette rencontre avec Jean-Pierre MERCIER. Un dialogue stimulant, à écouter en intégralité dans sa version RADIO, et à retrouver bientôt en VIDÉO dans une version courte.


Entretien : Daniel MERMET

SYNDICATS DEBOUT ? (extrait)

Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur


La reprise du travail aux usines Wonder, un documentaire de Jacques Willemont (1968)

Lorsque l’équipe d’étudiants en cinéma se présente dans la matinée du 09 juin 1968 à l’entrée de l’usine Wonder pour filmer son occupation depuis trois semaines par les ouvriers, ceux-ci viennent de voter la reprise du travail. Une jeune femme refuse de rentrer. Elle crie : « Je ne rentrerai pas, non je ne rentrerai pas », « je ne veux plus refoutre les pieds dans cette taule dégueulasse . » Autour d’elle des ouvriers s’attroupent. Les délégués syndicaux, artisans de la reprise, s’approchent et tentent de la calmer. Un étudiant de passage met de l’huile sur le feu.

réalisation : Jacques Willemont
caméra : Pierre Bonneau
son : Liane Estiez-Willemont

Programmation musicale :
- Les Octaves : Nous ne bougerons pas
- NTM : Qu’est-ce qu’on attend

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
chronique : Gérard MORDILLAT
réalisation : Jérôme CHELIUS
montage : Grégory SALOMONOVITCH
photos : Jeanne LORRAIN et Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.