Aude Lancelin reçoit Frédéric Gros

Sommes-nous tous soumis ? Abonnés

1

Le

Pourquoi est-il si facile de se mettre d’accord sur le caractère insupportable de l’ordre du monde, et si difficile de lui désobéir ? Spécialiste de la pensée de Michel Foucault, et professeur à Sciences-Po, Frédéric Gros explore dans son nouveau livre, Désobéir (Albin Michel), une série de questions qu’aucun de nous n’a envie d’affronter au fond. Pourquoi sommes-nous si pusillanimes face aux ordres ? Qu’est-ce qui nous fait si peur dans l’idée de transgresser ? N’y a-t-il pas en réalité une satisfaction inavouable à nous en remettre à l’autorité ?

Ainsi le philosophe, auteur en 2009 du best-seller Marcher, une philosophie, recroise-t-il ici la grande question que posait La Boétie dans son Discours sur la servitude volontaire (1574) au sujet de la multitude : mais comment se fait-il qu’ils obéissent ? Par quel monstrueux processus de captation le grand nombre en vient-il ainsi à se soumettre au petit, lui qui pourrait déplacer des montagnes s’il se redressait ? Il se pourrait, esquisse au passage Frédéric Gros, que le vrai secret de l’obéissance, et donc de l’ordre social entier, réside dans le fait que même les dominés prennent du plaisir en dominant des plus petits qu’eux. Et donc qu’ainsi, tout le monde soit plus au moins complice de la chaîne de domination.

Est-il possible pour un groupe de jouir de lui-même autrement que traversé par des ondes d’allégeance idolâtre à un chef ou à un quelconque pouvoir ? Quel mouvement incarne aujourd’hui le mieux les valeurs de l’insoumission ? La désobéissance civile d’un Cédric Herrou, agriculteur et militant de l’aide aux migrants, ou le mouvement politique français dit des « Insoumis » ? Une réflexion originale et radicale, au sens où elle entend mettre à jour les racines même de ce qui nous lie à l’autorité, les vraies raisons de notre captivité volontaire.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Aude Lancelin
réalisation : Jonathan Duong et Cécile Frey
son : Sylvain Richard et Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  Désobéir, un livre de Frédéric Gros (Albin Michel, 2017)

- Discours de la servitude volontaire, un texte d’Étienne de La Boétie (1574)

- Marcher, une philosophie, un livre de Frédéric Gros (Flammarion, 2001)

Sur notre site

À écouter

  • Un reportage de Sylvie COMA dans la vallée de la Roya

    La bête noire de M. Ciotti Abonnés

    Écouter
    Qu’est-ce qui met la République en danger ? Pour Éric Ciotti, aucun doute, c’est Cédric Herrou, cet éleveur de poules qui vient en aide aux migrants : « Qui peut dire avec certitude que dans les centaines de migrants que Monsieur Herrou se (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)