Monter une boîte sans patron, rêve ou auto exploitation ?

Cinq ans après, les FRALIB, ça marche ? Abonnés

1

Le

Omar Dahmani et Olivier Leberquier (photo : Jonathan Duong/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

Vous vous souvenez, en 2010, la longue lutte des FRALIB pour sauver leurs emplois en créant leur propre boîte ? Beaucoup de salariés abattus par un plan social ont été tentés de remonter l’entreprise par eux-mêmes, mais très peu ont réussi. Et eux, cinq ans après, où en sont les ex-FRALIB devenus SCOP-TI ?

N’oublions pas que si les patrons et surtout les actionnaires ont besoin des salariés, le contraire n’est pas une obligation ! Rencontre à la Fête de l’Huma.

[EXTRAIT] Scop-TI infuse l’autogestion

1336. C’est le nombre de jours qu’a duré la lutte des salariés de FRALIB contre le géant néerlando-britannique Unilever, pour empêcher la fermeture de leur usine à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône.

1336, c’est devenu la marque du thé qu’ils produisent désormais, après avoir repris l’usine en coopérative en 2014. Cinq après, où en sont les ex-FRALIB devenus Scop-TI ? Est-ce que leur société coopérative ouvrière fonctionne toujours ? « C’est possible : on fabrique, on vend, on se paie ». C’était la fameuse phrase des LIP dans les années 1970, qui ont montré qu’on pouvait continuer à produire en se passant des patrons. Quarante après, Scop-TI poursuit cette longue histoire d’autogestion.

En public depuis la Fête de l’Huma, un entretien de Daniel Mermet et Gaylord Van Wymeersch avec :

- Olivier Leberquier, président de la coopérative Scop-TI
- Omar Dahmani, président de l’association Fraliberthé

Pour participer au sociofinancement de Scop-TI ou acheter en ligne des thés et infusions 1336, rendez-vous sur le site www.1336.fr.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.