Aude Lancelin reçoit Régis Debray

Régis Debray : « Le moment Macron » Abonnés

1

Le

Il a connu l’époque des militants et même celle des guérilleros en Amérique latine, il a traversé celle des notables socialistes français entrés à l’Élysée dans les années 1980, il vit désormais au temps des start-upers parvenus sous les lambris. 2017, une année sans doute charnière, peut-être même terminale pour une certaine idée de la France. Un basculement que nous avons eu envie d’analyser en compagnie de Régis Debray. Au sujet du tournant que nous vivons, mais pas seulement, l’intellectuel publie en effet un petit texte, Le Nouveau pouvoir (éditions du Cerf), mélange de réflexions sur le macronisme, l’outil Internet et l’émergence du « nouvel axe de civilisation » auquel on assiste, sous couvert d’arrivée d’une nouvelle génération aux commandes.

« Derrière l’apothéose du manager, nous trouvons l’individualisme protestant auto-entrepreneur de son salut », croit deviner Debray. Tout système de pouvoir s’appuie sur un certain système de communication, affirme aussi le « médiologue », dont on peut lire les analyses chaque trimestre dans la revue Médium (Gallimard). Le moment Macron, c’est le triomphe de l’univers mental numérique, l’effondrement du parti au profit du réseau, la ringardisation de l’État, et bien d’autres phénomènes face auxquelles la réaction politique tarde à s’organiser. Entre la vulgarité américaine de la photo officielle présidentielle, et le passage furtif du candidat Macron à la basilique Saint-Denis avant son élection, une édition de la « Guerre des Idées » pour mieux cerner la nature du moment que nous vivons.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Aude Lancelin
réalisation : Jonathan Duong
image : Léa Bardiau
montage : Cécile Frey
son : Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Médium, une revue trimestrielle dirigée par Régis Debray (éditions Gallimard)

Sur notre site

Dans les livres

  • Le nouveau pouvoir

    Comment comprendre l’évènement Macron ? Tel est l’objectif du nouvel essai de Régis Debray qui assure que « l’apparent changement politique marque en fait une profonde mutation culturelle ». De quoi s’agit-il ? Pour lui, la France, notre bon vieux pays catho à la laïcité toute républicaine est saisi par un mouvement de fond, celui de « l’avènement planétaire de la civilisation issue du néo-protestantisme ». Serions-nous devenus tous protestants ? La thèse est originale, pas forcément insensée, évidemment controversée.
  • Civilisation. Comment nous sommes devenus américains

    C’est un panorama, que dis-je une fresque, une épopée que brosse Régis Debray avec son ton particulier teinté de tristesse aigre douce et sa plume agile et frondeuse. Le constat est que nous sommes devenus américains. Par imprégnation, de la Cia au rap, des séries House of cards à Baron noir, nous sommes en plein chambardements. Notre pré carré hexagonal se rétrécie, la bannière étoilée recouvre notre coq gaulois. Comme la Grèce antique face à l’Empire romain, nous sommes en pleine transformation. Est-ce grave ? est-ce triste ? Pas sûr. En tous les cas cela valait la peine de poser la question. Au fait, c’est quoi une civilisation ? Comment ça nait et comment ça meurt ?

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.