RENCONTRE AVEC JULIAN ASSANGE

QUI VEUT GAGNER CENT MILLE EUROS TOUT EN DÉTRUISANT LE CAPITALISME ?

Le

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

"Si Wikileaks révelait des secrets nords-coréens, Julian Assange se verrait attribuer le Prix Nobel de la Paix..."

C’est facile, il vous suffit de faire parvenir le texte du TAFTA à Wikileaks. L’organisation de Julian Assange vient de lancer un appel pour récolter 100.000 euros comme prime à celui qui fera fuiter le texte du TAFTA. Et ça marche, le jour même plus de 21.000 euros étaient déjà versés. Des personnalités comme Yanis Varoufakis, l’ex-ministre grec des finances, ou Daniel Ellsberg, qui avait divulgué les "Pentagon Papers" à la presse américaine en 1971, s’associent à l’opération. Mais pourquoi faut-il percer ce secret ?

TAFTA (ou TTIP) c’est le petit nom du Traité de commerce transatlantique qui va faire de l’Europe et des États-Unis un seul grand super marché commun pour 820 millions d’heureux consommateurs. Finies les barrières douanières et les différentes réglementations, nous roulerons bientôt nos caddies dans la plus grande zone de libre-échange au monde. Engagées en juillet 2013, les négociations devraient passer à la vitesse supérieure cet automne, selon la Commissaire européenne au commerce, Cécilia Malmström. Pour ces veinards d’européens, TAFTA va être à l’économie ce que l’OTAN est à la défense.

Mais pourquoi ce merveilleux projet s’élabore-t-il dans le plus grand secret ? Car hormis les grandes lignes connues, on nage dans l’opacité. Qui a choisi les négociateurs, quelle est leur légitimité ? Comment, dans nos grandes démocraties avec nos vigilants élus, avec nos puissants et si courageux médias, avec nos experts et nos chercheurs, comment de telles négociations peuvent-elles rester secrètes ?

Une enquête publiée lors des élections européennes de mai 2014 peut fournir quelques indications. L’étude montre d’abord qu’une majorité de français n’ont jamais entendu parler de ce traité (55%). Seuls 16% « savent très bien de quoi il s’agit ». Mais pour une majorité (63%) ce sont les États-Unis qui vont en profiter. Par contre c’est « plutôt une menace pour l’Europe (45%) ». Et encore plus clairement, c’est à 55% « plutôt une menace pour la France ». Seulement 28% estiment que c’est une chance pour la France.


Nous avions consacré deux émission de Là-bas si j’y suis à ce sujet :
- Là-bas Hebdo du 17 avril 2015 : "18 avril : journée mondiale contre TAFTA", Rencontre avec Raoul Marc JENNAR
- Là-bas si j’y suis du 23 avril 2014 : "Tafta Dracula", un reportage de Gaylord Van Wymeersch


Tout se passe donc comme si TAFTA, malgré l’apathie dominante, craignait de ne pas rencontrer la franche adhésion des citoyens.

Car des voix s’élèvent. « Citizen before corporation, people before profit » ("Le citoyen avant les entreprises, le peuple avant le profit"), le mouvement contre le TAFTA est actif un peu partout. Pour beaucoup, TAFTA servira surtout les intérêts des multinationales. « Le secret entourant le TAFTA (TTIP) constitue une menace pour l’avenir de la démocratie européenne, dit Julian Assange dans un communiqué, certains intérêts en profitent sans limite. Le TAFTA a un impact sur les vies de tous les Européens et entraîne l’Europe dans un conflit de long terme avec l’Asie. Il est temps de mettre fin au secret. »

En réalité TAFTA et les traités qui lui ressemblent ne sont que des vampires qui la nuit viennent sucer le bon sang rouge du peuple endormi. Mais il suffit d’allumer la lumière, il suffit de se réveiller, et les vampires tremblant de peur disparaissent avec des grognements lamentables.

Alors, comme dit Julian Assange : « APPRENEZ , DÉFIEZ, AGISSEZ, MAINTENANT ! » Nous vous proposons de le retrouver dans cet entretien de mars 2013 à l’ambassade d’Équateur à Londres où il vit toujours reclus. Il accordait très peu d’entretien et avec Giv Anquetil nous étions heureux d’avoir réussi ce scoop. Hostile à Julian Assange et à Wikileaks (tout comme à Edward Snowden) la direction de France Inter avait farouchement interdit toute forme de promotion sur l’antenne. Malheureusement, l’émission fut un gros succès !


À écouter : Entretien avec Julian Assange

Entretien avec Julian Assange (03/2013)

Nouvelle version d’un entretien de Daniel Mermet et Giv Anquetil avec Julian Assange et Jérémie Zimmermann de la Quadrature du Net, diffusé pour la première fois les 20 et 21 mars 2013.

Programmation musicale :
- The New Puritans : "Fire Power"
- Sonic Disobedience : "Wikileaks samba"
- Cause : "Interference"


Reportage : Daniel MERMET et Giv ANQUETIL
Réalisation : Bertrand CHAUMETON et Franck HADERER

N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Un cycle de NEUF conférences, rencontres, projections, lectures avec Alain Badiou ! Organisée par l’Université populaire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et le Repaire d’Aubagne, cette immense tournée va emmener Alain Badiou, du 24 novembre au 2 décembre, de Marseille à Aubagne en passant par (...)

    Aubagne

  • Le Bar d’à Côté - 33 rue Porte Carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier - vous propose une rencontre avec le café Repaire de Liffré qui convie à des soirées thématiques tous les deuxièmes mercredi du mois, dans le café-brasserie L’Entre-temps. Ses animateurs nous présenteront son histoire, les thèmes débattus, (...)

    Liffré

  • Le repaire d’Annecy-Meythet LE CHE vous propose un débat avec Mino FAÏTA, historien, habitant vers Cluses, auteur d’ouvrages sur la Grande Guerre. Le thème sera : Fusillés de la Grande Guerre, morts pour et par la France, une page jamais fermée... Avant ce débat, nous diffuserons grâce à nos amis du (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Exceptionnellement, le café repaire de Neuvy n’aura pas lieu le dernier vendredi du mois de novembre, mais le vendredi 8 décembre à 18h30. Le thème tournera autour des enjeux de la monnaie locale, en présence de trois membres du collectif « Le Soudicy », Sylvie Mazard, Agnès Dollet et Michel (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

  • La commercialisation des données personnelles est devenue un marché juteux qui intéresse les sociétés vivant de publicités. Comment le système fonctionne-t-il ? Comment s’en protéger au mieux ? L’installation de compteurs communicants tels que le Linky pour l’électricité interroge sur l’utilisation des (...)

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »