Avec Thibault Henneton du « Monde diplomatique »

Qui a peur de Netflix ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

[RADIO] Qui a peur de Netflix ? [INTÉGRALE]

Née en 1997 comme une petite société de location de DVD par voie postale, Netflix est devenue vingt ans plus tard un acteur majeur de la diffusion et de la production de films et de séries en ligne.

En 2018, l’entreprise a investi plus de huit milliards de dollars dans la production [1]. Son nombre d’abonnés – 139 millions dans le monde pour l’instant – ne cesse de croître de façon exponentielle. En France, Netflix a gagné 1,5 millions d’abonnés en un an, et dépasse désormais les 5 millions, soit plus que Canal+, leader historique de la télévision par abonnement en France [2].

L’entreprise américaine cotée en bourse séduit donc les spectateurs du monde entier par son offre de films et de séries de plus en plus diversifiée, mais vient bouleverser en France un secteur très réglementé dont elle se tient soigneusement à l’écart. Si le film Roma du mexicain Alfonso Cuarón a gagné le Lion d’or à la Mostra de Venise, les films Netflix sont toujours bannis des festivals français, tant qu’ils ne sont pas projetés en salles. Or si Netflix acceptait de diffuser un film en salles, la plateforme devrait attendre trois ans pour le proposer à ses abonnés selon la « chronologie des médias » française, pensée pour préserver les salles de cinéma et la diversité de la production. Une contrainte impensable pour Netflix, qui refuse également de contribuer au financement du cinéma français (comme le font tous les acteurs de la filière en France), tout comme elle ne paie pas d’impôt sur les bénéfices en France.

Bref, à l’image d’autres plateformes comme Uber ou Airbnb, Netflix enfonce la porte d’un secteur, grâce à l’attractivité de ses services et en s’affranchissant des règles. Alors Netflix va-t-elle tuer les salles de cinéma ? Mais les films et les séries produites par Netflix valent-elles vraiment le coup de s’inquiéter ? Qui a peur de Netflix ?

Un entretien de Jonathan Duong avec Thibault Henneton, journaliste, auteur de l’article « Les recettes de Netflix » dans Le Monde diplomatique de février.

Programmation musicale :
- Théo Sarapo : J’préfère aller au cinéma

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.