Avec Thibault Henneton du « Monde diplomatique »

Qui a peur de Netflix ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

[RADIO] Qui a peur de Netflix ? [INTÉGRALE]

Née en 1997 comme une petite société de location de DVD par voie postale, Netflix est devenue vingt ans plus tard un acteur majeur de la diffusion et de la production de films et de séries en ligne.

En 2018, l’entreprise a investi plus de huit milliards de dollars dans la production [1]. Son nombre d’abonnés – 139 millions dans le monde pour l’instant – ne cesse de croître de façon exponentielle. En France, Netflix a gagné 1,5 millions d’abonnés en un an, et dépasse désormais les 5 millions, soit plus que Canal+, leader historique de la télévision par abonnement en France [2].

L’entreprise américaine cotée en bourse séduit donc les spectateurs du monde entier par son offre de films et de séries de plus en plus diversifiée, mais vient bouleverser en France un secteur très réglementé dont elle se tient soigneusement à l’écart. Si le film Roma du mexicain Alfonso Cuarón a gagné le Lion d’or à la Mostra de Venise, les films Netflix sont toujours bannis des festivals français, tant qu’ils ne sont pas projetés en salles. Or si Netflix acceptait de diffuser un film en salles, la plateforme devrait attendre trois ans pour le proposer à ses abonnés selon la « chronologie des médias » française, pensée pour préserver les salles de cinéma et la diversité de la production. Une contrainte impensable pour Netflix, qui refuse également de contribuer au financement du cinéma français (comme le font tous les acteurs de la filière en France), tout comme elle ne paie pas d’impôt sur les bénéfices en France.

Bref, à l’image d’autres plateformes comme Uber ou Airbnb, Netflix enfonce la porte d’un secteur, grâce à l’attractivité de ses services et en s’affranchissant des règles. Alors Netflix va-t-elle tuer les salles de cinéma ? Mais les films et les séries produites par Netflix valent-elles vraiment le coup de s’inquiéter ? Qui a peur de Netflix ?

Un entretien de Jonathan Duong avec Thibault Henneton, journaliste, auteur de l’article « Les recettes de Netflix » dans Le Monde diplomatique de février.

Programmation musicale :
- Théo Sarapo : J’préfère aller au cinéma

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.