En janvier 2009, lors de la « Guerre de Gaza » Stéphane Hessel prenait position (PODCAST | 31’09)

Quand Stéphane Hessel dénonçait les « crimes de guerre d’Israël »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Écouter l’entretien :

Il y a eu quelques pépins (08 janvier 2009)
Là-bas si j’y suis

IL Y A UN PEUPLE SUR LA TERRE SANS PEUPLE

Indignez-vous ! Avec son livre vendu à quatre millions d’exemplaires, traduit dans plus de cent pays, Stéphane Hessel était alors à 92 ans au sommet de sa popularité. Diplomate, écrivain, résistant, ses prises de position faisaient souvent débat, notamment sur la question israélo-palestinienne.

Si la guerre actuelle est la plus atroce, ce n’est pas la première, c’est même la quatrième depuis 2006. Ainsi en décembre 2008, Israël lançait une offensive contre Gaza, l’opération « Plomb durci ».

Au terme de 22 jours de combat, le bilan était de 1315 victimes côtés palestiniens, dont 410 mineurs, 100 femmes et 5285 blessés. Israël comptait 13 soldats tués et 180 blessés.(*)

En France comme aujourd’hui, le beau monde volait au secours du plus fort. Résistant au chantage du Crif et des ultra sionistes qui cherchaient à le salir, Stéphane Hessel dénonçait un crime contre l’humanité commis par le gouvernement d’Israël. (**)

Israël était le rêve d’« Un peuple sans terre pour une terre sans peuple ».

Sauf qu’il y a un peuple sur la terre sans peuple et qu’il s’accroche.

Daniel Mermet

*Centre Palestinien des Droits de l’Homme.

**C’est peu de dire que cet entretien ne fut pas du tout, mais alors pas du tout du goût de la direction de France Inter de l’époque !

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Khỏi Nguyen et Raphaël Mouterde
visuel : Gaza, 9 octobre 2023 Mohammed Talatene/dpa/Alamy Live News

Voir aussi

  Stéphane Hessel, Indignez-vous !, Indigène Éditions

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !