Avec Serge Halimi et Pierre Rimbert du Monde diplomatique

Quand les « gilets jaunes » font tomber les masques

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : Jonathan Duong/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

[RADIO] Serge Halimi et Pierre Rimbert : quand les « gilets jaunes » font tomber les masques

Un retour au réel. Voilà ce que les « gilets jaunes » sont depuis trois mois : un retour des classes populaires dans le débat public, dont elles avaient été consciencieusement chassées. Cette exclusion des classes populaires du champ politique, les tenants de l’ordre néolibéral l’ont pensée, théorisée. L’ancien ministre socialiste Dominique Strauss-Kahn l’écrivait noir sur blanc dans son livre La Flamme et la Cendre (Grasset, 2002 ) : « les couches sociales regroupées dans le terme générique d’“exclus” ne votent pas pour (la gauche), pour cette raison simple que, le plus souvent, elles ne votent pas du tout. Au risque de l’impuissance, (la gauche) se voit dans l’obligation de trouver à l’intérieur d’autres catégories sociales le soutien suffisant à sa politique. »

Dix-sept ans plus tard, cette résurgence des classes populaires fait peur, elle fait peur aux élites, sous les fenêtres desquelles les « gilets jaunes » manifestent, comme le montre la carte publiée par Le Monde diplomatique. Une carte des « lieux de pouvoir à Paris » qui a suscité des cris d’orfraie de ceux qui s’offusquent que des informations pourtant publiques soient ainsi rassemblées et données à voir à tous.

Cette trouille, Irène Inchauspé, la journaliste bien informée de L’Opinion, le quotidien dirigé par Nicolas Beytout, en a témoigné sur le plateau de Canal+ : « ils vont distribuer des primes, tous les grands groupes, parce que d’abord, ils ont vraiment eu peur, à un moment, d’avoir leurs têtes sur des piques. Ils avaient… Ils ont passé… Ah oui ! Les grandes entreprises, vous savez, quand il y a eu le samedi terrible, là, avec toutes les dégradations, ils avaient appelé le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, en lui disant : “Tu lâches tout ! Tu lâches tout, parce que sinon…” Ils se sentaient… ils se sentaient menacés physiquement, les grands patrons [1] ! »

Une grande frousse qui entraîne depuis trois mois une violente réaction de certains intellectuels, journalistes et politiques à longueur de plateaux télé et radio. Des propos qui rappellent ceux suscités par les journées de juin 1848 ou par la Commune de Paris. La peur du peuple avait alors fait tomber les masques des Luc Ferry de l’époque, et dévoiler la vraie violence, la violence de la bourgeoisie en lutte contre les aspirations finalement simples des classes populaires : pouvoir vivre [2].

Un entretien de Jonathan Duong avec Serge Halimi et Pierre Rimbert, auteurs de l’article « Lutte de classes en France » dans Le Monde diplomatique de février.

Programmation musicale :
- Julos Beaucarne : Les Bourgeois
- Coluche : Misère

journaliste : Jonathan Duong
réalisation : Julien Ar Coz et Sylvain Richard
montage : Jérémie Younes

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1« L’info du vrai », Canal+, 13 décembre 2018.

[2Le 7 janvier 2019, l’ancien ministre Luc Ferry trouvait sur l’antenne de Radio Classique que le maintien de l’ordre en France était encore trop timoré : « quand on voit des types qui tabassent à coups de pied un malheureux policier qui est par terre, mais enfin, voilà : qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois ! Écoutez ça suffit, voilà… Il y a un moment où ces espèces de nervis, ces espèces de salopards d’extrême droite, ou d’extrême gauche, ou des quartiers, qui viennent taper du policier, ça suffit ! »

Dossier : Là-bas si j’y suis et les Gilets jaunes

Voir le dossier

Voir aussi

-  Le Monde diplomatique du mois de février, en kiosques et en ligne sur www.monde-diplomatique.fr

- Serge Halimi et Pierre Rimbert, « Lutte de classes en France », Le Monde diplomatique n°779, février 2019

Sur notre site

À écouter

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.