Un entretien de Jonathan Duong avec Renaud Lambert et Sylvain Leder

Quand la gauche essaiera : un plan de bataille

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[RADIO] Quand la gauche essaiera : un plan de bataille

Quand la gauche essayait : dans son livre, Serge Halimi étudiait les quatre périodes où la gauche est arrivée au pouvoir au XXème siècle : 1924, 1936, 1944, 1981 [1]. Avec un même constat : à chaque fois, la gauche au pouvoir se heurte à un mur, le mur de l’argent. Les marchés financiers et le capital, effrayés par le projet de la gauche, engagent un bras de fer avec le gouvernement progressiste. Sans que la gauche ne parvienne jamais à tirer les leçons du passé. Mais alors, la prochaine fois ? La gauche est-elle condamnée à échouer face aux marchés financiers ?

Devant l’arrivée d’un gouvernement progressiste idéal, le risque d’une réaction des marchés est à craindre : départ des investisseurs, fuite des capitaux, impossibilité de financer les nouvelles politiques. L’histoire l’a montré. Un projet radical de transformation politique, écologique, sociale, fiscale ne laissera pas indifférentes la finance et les puissances de l’argent. Comment se défendre face à la réaction des marchés ? Mieux vaut se poser la question avant de parvenir au pouvoir. Renaud Lambert et Sylvain Leder ont imaginé un scénario pour « désarmer les marchés ».

Un entretien de Jonathan Duong avec Renaud Lambert, rédacteur en chef adjoint au Monde diplomatique et Sylvain Leder, professeur de sciences économiques et sociales, co-auteur du Manuel d’économie critique (Le Monde diplomatique, 2016).

Programmation musicale :
- Cora Vaucaire : Le Temps Des Cerises

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».