Comment le vélo redessine la ville

Pourquoi y a-t-il plus de cyclistes à Copenhague qu’à Paris ? Abonnés

1

Le

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LA SUITE

Sempé, Rien n’est simple, Denoël, 1962

[EXTRAIT] Pourquoi y a-t-il plus de cyclistes à Copenhague qu’à Paris ?

Cela fait des années qu’Anne Hidalgo, candidate à sa réélection à la mairie de Paris, est accusée d’en faire trop pour les vélos, au détriment des automobiles.

Ce qui n’a pas empêché les bicyclettes d’envahir les nouvelles pistes cyclables pendant les récentes grèves de la RATP. De quoi satisfaire les écolos et les amoureux du vélo. Sauf qu’à force de défendre le principe de se déplacer à vélo et la sincère volonté d’Hidalgo de favoriser ce mode de transport, on a oublié de se demander si les choix opérées par la municipalité, en termes d’aménagement urbain, étaient les bons. Et s’il fallait s’y prendre autrement ?

Pratique, écologique, économique, bon pour la santé, simple d’utilisation, le vélo ne présente que des avantages à l’heure où l’urgence climatique est proclamée tous les jours. Mais à Paris, seuls 4 % des déplacements quotidiens se font à vélo, contre 49 % à Copenhague. Au Danemark – qui ne possède pas d’industrie automobile nationale ! – les municipalités ont depuis longtemps construit des infrastructures innovantes dédiées aux cyclistes. Philippe Descamps est allé voir à Copenhague ce que pourrait faire la prochaine maire de Paris.

Un entretien de Jonathan Duong avec Philippe Descamps, auteur de l’article « Comment le vélo redessine la ville » dans Le Monde diplomatique de février.

Programmation musicale
- Hip-Hope Buster : À bicyclette
- Julos Beaucarne : Bécanes, bicyclettes et vélos
- Queen : Bicycle Race
- Merlot : Sexy sur mon vélo

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »