Pourquoi les jeunes femmes de milieux aisés ont plus de risques d’être anorexiques Abonnés

1

Le

La mannequin Isabelle Caro, décédée en 2010 à l’âge de 28 ans, s’était engagée contre l’anorexie dont elle souffrait

[EXTRAIT] Pourquoi les jeunes femmes de milieux aisés ont plus de risques d’être anorexiques [RADIO]

En moyenne, ce sont les classes populaires qui sont les plus vulnérables aux maladies : une personne avec des revenus faibles aura plus de risques de contracter une maladie grave qu’une personne aisée. Et l’épidémie de Covid-19 l’a illustré : la Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de métropole, a été le second département le plus touché par la maladie au printemps dernier [1]. Mais il y a une maladie qui échappe à cette règle : l’anorexie mentale. Sa particularité, c’est de frapper en priorité les jeunes femmes de moins de 25 ans, issues de milieux aisés. Pourquoi ? Explications avec Claire Scodellaro, maîtresse de conférences en démographie, autrice de l’article « L’anorexie, une maladie sociale » dans Le Monde diplomatique de septembre.

Programmation musicale :
- Sonic Youth : Tunic (Song For Karen)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».