LA VIE EST À NOUS, le cinéma du Front populaire

NOUS NE SOMMES RIEN, SOYONS TOUT ! Abonnés

1

Le

Les conquêtes sociales de 1936 n’ont pas été gentiment accordées tout de suite par le Front populaire. C’est à la base, le mouvement de grève et d’occupations qui a contraint le gouvernement d’union de gauche à négocier.

Mais cet élan ne venait pas de nulle part, depuis des années il s’inscrivait dans une culture populaire progressiste, à travers des mouvements de jeunesse, des chorales ou du théâtre, comme le groupe Octobre qui jouait des textes de Jacques Prévert. Dans toute cette effervescence politique et créative le cinéma allait joué un rôle important.

Ainsi, en vue des élections de 1936, à la demande du Parti Communiste, Jean Renoir réalise collectivement LA VIE EST À NOUS en l’espace de trois semaines. En même temps, tout un cinéma populaire et militant va contribuer à donner le souffle de 1936. Ces images le portent jusqu’à nous aujourd’hui ; ça nous regonfle et ça nous révolte contre les imposteurs de ce gouvernement « socialiste » qui détruit les droits sociaux et qui envoie ces CRS cogner sur la majorité qui les défend.

À l’occasion de la restauration des films du Front populaire par Ciné-Archives, la cinémathèque du Parti communiste français, Daniel Mermet reçoit :


- Marion BOULESTREAU, de Ciné-Archives
- Danielle TARTAKOWSKY, historienne, présidente de l’Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis
- Tangui PERRON, historien du cinéma, en charge du patrimoine audiovisuel à Périphérie

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.

Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie AbonnésÉcouter

Le

« Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.