LÀ-BAS Hebdo n°37 contre les TIGRES DE PAPIERS

NOS ADVERSAIRES NE SONT QUE 紙老虎 Abonnés

Le

« Les réactionnaires sont tous des tigres de papier »

« Camarades Socialistes, le MEDEF vous remercie, grâce à votre lutte héroïque, enfin, le MEDEF PREND LE POUVOIR EN FRANCE ! VIVE LE GRAND PARTI SOCIALISTE FRANÇAIS, VIVE LE GRAND PRÉSIDENT FRANÇOIS HOLLANDE, VIVE VALLS ET MACRON FIDÈLES SERVITEURS DE L’OLIGARCHIE ! VIVE LE MEDEF LIBRE ! »
Voici, selon Madame Gattaz, ce que Monsieur Gattaz répète la nuit devant le miroir de sa salle de bain. Difficile pour le président du Medef de cacher sa joie en effet. Certes le Parti socialiste l’a toujours fidèlement servi mais sans doute jamais aussi franchement qu’aujourd’hui. Sauf que cette fois la révolte gronde à l’intérieur même de l’appareil et dans la rue la riposte s’organise.
Quelles sont les chances de cette nouvelle colère ? Les plus grandes révoltes et les meilleures idées ne sont rien sans un débouché politique. Si oui, peut-on contourner le marketing électoral ? Quelles sont les marges de manœuvre des élus et de ceux qui veulent entrer dans la carrière ?
Tous pourris. Comme la plupart des médias, le monde politique suscite le rejet. La moitié des électeurs ne votent plus, et le tiers de ceux qui votent se tournent vers le FN. Pourtant (tout comme dans les médias), des élus croient encore pouvoir jouer un rôle et se portent même candidat. Que peuvent-ils ? Que disent-ils ?
Voici LÀ-BAS n°37 avec :
- Bastien FAUDOT, porte-parole et candidat du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) à l’élection présidentielle de 2017
- Barbara ROMAGNAN, députée PS « frondeuse » du Doubs
- Marie-Noëlle LIENEMANN, sénatrice PS de Paris
- Gérard MORDILLAT
- Julien SALINGUE d’Acrimed (association Action-Critique-Médias)
- Didier PORTE

NOS ADVERSAIRES NE SONT QUE 紙老虎 (extrait)

Valls est un homme moderne, un homme d’avenir. Le XXIe siècle, c’est lui. Le XIXe, nous. Les archaïques. Il faut pourtant se méfier des excès de modernité, de jeunisme. C’est Gérard Mordillat que le dit dans ce LÀ-BAS Hebdo n°37 : « 21e siècle, à l’envers, ça donne 12e siècle. » Le Moyen-Âge... Celui des promesses mortifères portées par la ministre El Khomri.

En 53 articles, 7 titres, 131 pages, tout y passe : l’explosion du temps de travail ; l’exploitation des apprentis ; le coup de canif porté au forfait jour ; le plafonnement du barème prud’homal ; la facilitation des licenciements économiques…

Cette loi de tous les dangers pourrait pourtant bien devenir le déclencheur de tous les espoirs. La vieille machine de l’intox s’essouffle. Valls sur RTL, Gattaz dans la matinale des Échos. Woerth et Estrosi en renfort sur Europe 1. Les déclarations s’enchaînent et déchaînent un large mouvement de protestation contre cette régression. Inédit sous le quinquennat Hollande.

« La gauche moderne, c’est nous ! »

Une fronde virale et électronique (500 000 signatures en moins d’une semaine) rejoint par les centrales syndicales. Réunies le 23 février à Montreuil, elles ont pour l’heure accouché d’un texte commun bien timide. Prévue le 03 mars prochain, au siège de l’Unsa, la prochaine réunion devrait promettre un âpre débat sur lequel plane la récente sortie d’Aubry dans Le Monde.

Au-delà du coup de semonce à l’adresse d’un François Hollande, habilement absent pour cause de politique internationale, la tribune de l’ex-première secrétaire du PS a pour objectif de pousser la CFDT à rejoindre la CGT dans son envie d’un mouvement social massif.

« La gauche moderne, c’est nous ! » répète même la « mère » des 35 heures ce jeudi 25 février au micro de RTL.

Mobilisation le 7, le 9, le 10 et le 31 mars

En attendant les tractations de dernières minutes et la probable mobilisation du 31 mars prochain, les étudiants de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) et de l’Union des étudiants de France (UNEF) prévoient d’ouvrir les hostilités dès le lundi 7 mars. Soit, dix ans, jour pour jour, après la mobilisation contre le Contrat première embauche (CPE) qui avait rassemblé près d’un million de personnes dans la rue... et fait reculer le gouvernement Villepin !

« Leur grande trouille » doublée par cet appel sur Facebook : « pour la convergence des luttes des salariés, des chômeurs, des retraités, des jeunes, contre la loi Gattaz-Hollande-Valls-Macron-El Khomri et toutes les régressions sociales, avec ou sans les directions syndicales, le 9 mars (jour de présentation de la loi en conseil des ministres) on ira défendre notre peau. Le 10 on remet ça (avec les retraités qui ont déjà prévu de manifester) et les jours suivants jusqu’au retrait total de ce projet de loi ! »

Face à des tigres de papier qui n’ont jamais été aussi fragiles, Mao Tsé-Toung l’a dit et répété : « À LA FIN, C’EST NOUS QU’ON VA GAGNER ! »


Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis [09’00]

01. Vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis

02. Bastien FAUDOT : ni socialiste, ni Front National, une autre Europe est possible [18’04]

03. Barbara ROMAGNAN au secours du Code du travail [09’47]

En 2006, le Parti socialiste, alors dirigé par François HOLLANDE, fustigeait dans un clip les attaques de la droite contre le Code du travail :

« La droite avance, le droit recule » (spot du Parti socialiste en 2006)
par Là-bas si j'y suis

04. Reconstruire l’unité de la (vraie) gauche [13’35]

05. Gérard MORDILLAT nous apprend à conjuguer [05’51]

06. Julien SALINGUE nous fait encore rire avec Finkie [11’27]

07. Didier PORTE nous fâche toujours avec tout le monde [09’31]


Merci à Martine CHANTECAILLE et à Emmanuel BACHELLERIE.

Programmation musicale :
- Renaud : Le Tango des élus

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37

entretien : Daniel MERMET
préparé par : Pierre-Yves BULTEAU
réalisation : Jérôme CHELIUS
photos : Jeanne LORRAIN et Jonathan DUONG
montage : Anaëlle VERZAUX

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Voir aussi

À lire

- Très précis de conjugaisons ordinaires – Tome 1 : Le Travail, un livre de David Poullard et Guillaume Rannou (éditions Le Monte-en-l’air et BBB-Centre d’Art)

À noter

Les Économistes atterrés organisent, le jeudi 10 mars, une soirée-débat « Le Code du travail en question ». Rendez-vous à l’amphi Lefebvre, Sorbonne, à partir de 20h15 pour échanger avec l’économiste Thierry KIRAT, le juriste Pascal LOKIEC (auteur du livre Il faut sauver le droit du travail !) et Rachel SAADA, avocate, spécialiste en droit du travail.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.

Nos grands entretiens à lire à tête reposée Jean Ziegler : « Le capitalisme tue, il faut qu’il disparaisse » AbonnésLire

Le

Camarades esclaves, exigeons des boulets moins lourds, demandons des chaînes plus longues, réclamons une réduction des coups de fouet ! Ou bien camarades, levons-nous, prenons les armes et pendons les tyrans. Vous souriez ? Oui, mais la question est toujours : réforme ou révolution ? Pour notre ami Jean Ziegler, c’est clair : le capitalisme n’est ni amendable, ni réformable. Voici la retranscription de l’entretien enregistré en mai dernier à l’occasion de la parution de son livre, Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin) (Le Seuil, 2018).