Nicolas LAMBERT : « Le Maniement des larmes »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Nicolas Lambert : « Le Maniement des larmes »
par Là-bas si j'y suis

Un extrait de la pièce Le Maniement des larmes. Nicolas LAMBERT rejoue, mot pour mot, la réponse de SARKOZY à un journaliste de l’AFP, le 19 juin 2009 à Bruxelles.

Après la Françafrique puis le nucléaire français, Nicolas Lambert s’attaque au business de l’armement. Seul en scène, il joue tous les protagonistes, avec toutes leurs déclarations, au mot près. À partir de documents précis, il montre et il démonte tout le système. C’est drôle et utile. C’est un vrai théâtre populaire.

« Le 8 mai 2002, à Karachi au Pakistan, un attentat provoque la mort de 14 personnes, dont 11 employés français de la Direction des Constructions Navales de Cherbourg.

Le 20 octobre 2011, en Libye, le président Mouammar Kadhafi meurt dans des circonstances encore confuses aujourd’hui, dans un pays soumis au feux des armes de la France sous l’égide de l’OTAN.

Une élection présidentielle française perdue, puis une autre, remportée par l’héritier politique du précédent. L’une et l’autre pouvant avoir été financées par des ventes d’armes de guerres négociées par des intermédiaires communs...

Tissant des fils entre ces « actualités », Le Maniement des Larmes dresse un portrait de la politique de l’armement en France. Sur scène, ce qui nous arrive et ceux par qui nous arrivent ces évènements : personnalités politiques (président, Premiers ministres, députés), intermédiaires et hommes de l’ombre, mais aussi journalistes et agents du renseignement.

Entre emballements médiatiques, ténacité des juges d’instruction, écoutes téléphoniques, valse des valises et culte du secret, des guerres grondent et des familles éclatent.

Et des armes, encore, ne cessent de se négocier. Sans que les citoyens ni leurs représentants n’en comprennent les enjeux.

Et nous en héritons. »

C’était dans notre émission LÀ-BAS Hebdo n°31 : « HOCINE AÏT AHMED : UN LONG RÊVE DE LIBERTÉ », à (ré)écouter en cliquant ici.

présentation : Daniel MERMET
réalisation : Jeanne LORRAIN & Jonathan DUONG
son : Jérôme CHELIUS

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

À voir :

- Le Maniement des larmes, une pièce écrite et mise en scène par Nicolas LAMBERT, avec Nicolas LAMBERT, Erwan TEMPLE ou Frédéric EVRARD, Hélène BILLARD ou Éric CHALAN
>>>>> Prochaine représentation le samedi 16 janvier 2016 à 20h30 au théâtre de l’Arlequin, 35 rue Jean-Raynal à Morsang-sur-Orge

Toutes les infos sur la pièce de Nicolas LAMBERT sur le site de la compagnie Un Pas de côté.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mai 1936. Il y a 80 ans, le Front Populaire La vie est à nous ! ou quand le peuple triomphait Accès libreÉcouter

Le

Dans nos émissions, nous sommes revenus plusieurs fois sur cette époque qui, aujourd’hui, 80 ans après, est une inspiration pour les luttes actuelles. Prenez le temps d’écouter – et de savourer – « LA VIE EST À NOUS » en trois épisodes avec des éclairages de l’historienne Daniele TARTAKOWSKY et les voix disparues qui ont changé nos vies.

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.