Rencontre avec Michèle SIBONY, porte-parole de l’UJFP, l’union juive française pour la paix (PODCAST)

MICHÈLE SIBONY, UNE AUTRE VOIX JUIVE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Écouter l’entretien :

[RADIO] Michèle Sibony, une autre voix juive [INTÉGRALE]
Depuis longtemps, dans le monde juif, des voix luttent contre le chantage et l’obscurantisme. Ainsi l’UJFP (union juive française pour la paix) créée en 1994. Aussi aujourd’hui rencontre avec Michèle Sibony, qui en est porte-parole et qui est aussi co-autrice d’« Antisionisme. Une histoire juive » (Syllepse, 2023).

Impuissants appels au cessez-le-feu, impossible demande d’une trêve humanitaire, le massacre de masse répond aux crimes sordides

À Gaza on compte 8 005 morts, dont 3 324 enfants selon une déclaration du ministère de la Santé palestinien le 29 octobre, un bilan repris par l’ONU. Le dimanche 29 octobre 2023, 28 journalistes avaient été tués selon l’ONG Committee to Protect Journalists (CPJ), dont 23 Palestiniens, 4 Israéliens et un Libanais.

Combien en faudra-t-il encore pour réaliser le vieux rêve de Netanyahou et des ultras ? Le grand transfert, la nouvelle Nakba, l’expulsion des Palestiniens vers la Jordanie, vers le Sinaï si proche, et n’importe où au diable. Enfin ce grand Israël du Jourdain à la mer !

Celui que Macron appelle tendrement Bibi ne manque pas de soutiens, de Donald Trump à Viktor Orbán, de Ciotti à Zemmour en passant par l’entarté BHL et le souriant Vladimir Poutine (à noter que Netanyahou a refusé la visite de solidarité de Zelensky !). C’est le monde civilisé qui se dresse contre le terrorisme, c’est la stratégie du choc des civilisations.

Depuis longtemps, la « question palestinienne » ne faisait plus la « une » et glissait lentement vers l’immense fosse des causes perdues. Un gouvernement israélien vraiment fasciste, des pogroms en Cisjordanie, la souffrance des habitants de Gaza n’intéressaient plus guère. Même les énormes manifs contre le gouvernement d’extrême droite de Netanyahou n’empêchaient pas Macron de serrer son ami Bibi sur son cœur.

La France n’a pas toujours été aussi médiocre. Le choc du 7 octobre en est d’autant plus brutal. Il réveille des traumatismes enfouis, des mauvaises consciences collectives, des ressentiments mal éteints.

Comment une idéologie toxique a transformé un conflit colonial qui dure depuis 75 ans en guerre de civilisations ? Des observateurs comme le journaliste Charles Enderlin expliquent depuis longtemps comment les faucons israéliens ont tout fait pour confessionnaliser le conflit en favorisant l’islamisation et le développement du Hamas [1].

Cynisme ou aveuglement, en France la majorité politique et médiatique soutient la politique israélienne. Mais est-ce bien le sentiment de la majorité de notre pays ? C’est en tout cas un bon moyen d’amplifier profondément les rejets et les violences à venir. Mais répétons-le, dans les guerres asymétriques, notamment les guerres coloniales, jamais les armées n’ont maté les stratégies « terroristes ».

Des voix s’élèvent cependant dans le monde. Aux États-Unis comme en France, et même en Israël, malgré le traumatisme de la terreur, des voix contestent le choix arriéré du talion.

Depuis longtemps, dans le monde juif, des voix luttent contre le chantage et l’obscurantisme. Ainsi l’UJFP (union juive française pour la paix) créée en 1994. Aussi aujourd’hui rencontre avec Michèle SIBONY, qui en est porte-parole et qui est aussi co-autrice d’ANTISIONISME. UNE HISTOIRE JUIVE (Syllepse, octobre 2023).

On ne fait la paix qu’avec ses ennemis. « Il faudra avaler des couleuvres, dit Elias Sanbar, beaucoup de couleuvres. » Faire la paix, c’est le courage de s’asseoir à la table de celui qui a tué les vôtres.

La seule image d’un enfant mort, de n’importe quelle mère, doit suffire à donner ce courage.

D.M.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !