« Si ce n’est pas (encore ?) une révolution, c’est une libération. » Un entretien avec GHANIA MOUFFOK

Énorme manif en Algérie : « Vous avez ruiné le pays et nous savons qui vous êtes » Abonnés

1

Le

« Ce n’est pas "le mur de la peur" qu’ils ont décidé de briser, mais le Pacte du silence. Et si ce n’est pas (encore ?) une révolution, c’est une libération. [1] »

Ce vendredi 1er mars encore des centaines de milliers d’Algériens sont descendus dans les rues à travers le pays pour dire NON au cinquième mandat brigué par le cacochyme président Abdelaziz Bouteflika.

Le mouvement populaire s’amplifie alors que les manifestations sont toujours interdites. Cette candidature sera-t-elle confirmée le 3 mars comme prévu ? Le pouvoir va-t-il reculer devant cette énorme mobilisation ? Ce régime a montré qu’il était prêt à tout et le traumatisme de la « décennie noire » hante encore l’Algérie, vingt ans après. Mais les manifestants, surtout les plus jeunes, l’affirment : « Vous ne nous faites plus peur. »

Mais quelles sont les alternatives ?

Quelques noms sont avancés, quelques évincés prêts à reprendre leur part de gâteau, une opposition acharnée à se fragmenter. On se doute que la puissante mafia depuis longtemps au pouvoir tout comme ses amis français, le fringant Macron en tête, feront tout pour que rien ne change même s’il faut donner un coup de main pour repeindre la devanture et changer le gérant.
Déjà, de Finkielkraut à Marine, les camelots de la xénophobie agitent l’épouvantail d’une prochaine invasion migratoire.

En attendant, ces immenses manifs font un bien fou. Échappant aux cadres et aux grilles, tout comme nos gilets jaunes, c’est d’abord un peuple de femmes et d’hommes de tous âges qui se retrouve et reprend confiance en lui-même. C’est ce que nous raconte formidablement notre amie la journaliste Ghania MOUFFOK.

Son témoignage, son analyse au micro de Dillah Teibi

[EXTRAIT] Un nouveau vendredi de manifestations en Algérie

Programmation musicale :
OULED EL BAHDJA - La Casa del Mouradia


Quelques images des manifestations du vendredi 1er mars à travers l’Algérie :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Il y a 50 ans, assassinat de Martin Luther King. Entretien de Daniel Mermet avec l’historienne Sylvie Laurent Martin Luther King, l’insurgé AbonnésVoir

Le

Aseptisé, édulcoré, récupéré, Martin Luther King n’est pas seulement celui qui a fait le rêve de la fraternité entre les enfants du bon Dieu américain. Toute une partie de son combat social et radical a été passé sous silence. À l’occasion du cinquantième anniversaire de son assassinat, le 4 avril 1968, par un partisan de la ségrégation raciale, voici un entretien avec Sylvie Laurent, historienne, auteure de Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique (Seuil, 2015).